Rivière-des-Prairies
18:31 27 août 2020 | mise à jour le: 27 août 2020 à 18:47 temps de lecture: 2 minutes

Le soccer féminin, une priorité à Rivière-des-Prairies

Le soccer féminin, une priorité à Rivière-des-Prairies
Photo: 123FR

Le Club de soccer RDP (CSRDP) veut valoriser les jeunes femmes, particulièrement parmi les entraîneuses, peu enclines à lever la main pour prendre en charge des équipes de haut niveau. Un programme de mentorat sera mis en place cet automne pour les encourager à prendre leur place.

L’objectif de Julie Garceau, directrice technique du Club depuis avril, est de former 20 entraîneuses en 2021 et 40 en 2022. Pour l’instant, on en compte seulement quatre, contre une centaine d’entraîneurs masculins.

Dans la dernière année, le club a pourtant recruté beaucoup de joueuses. Certaines agissent en tant que gérantes, mais peu se proposent pour entraîner une équipe. Mme Garceau a tout de même réussi à recruter deux entraîneuses adjointes cet année. Elle veut maintenant les encourager à prendre la responsabilité complète d’une équipe.

Pour y arriver, un groupe de mentorat sera mis sur pied cet automne. « L’objectif, c’est de convaincre les filles de faire leur diplôme, de leur donner confiance en leurs compétences», explique-t-elle.

En tout, 20 jeunes femmes pourront participer à ce programme.

« On a beaucoup de jeunes filles qui jouent, le problème, c’est les entraîneuses.»

– Julie Garceau, directrice technique du CSRDP

Manque de confiance

Selon Mme Garceau, les jeunes filles souffrent du syndrome de l’imposteur, ce pourquoi elles tendent à rester au second plan.

«Elles ne vont pas se lever pour entraîner une équipe, elles vont attendre qu’on leur offre», illustre-t-elle.

La directrice technique croit cependant qu’un changement de culture peut s’opérer avec davantage d’encadrement, d’autant plus que Soccer Canada est sur le point de changer sa structure. Cela permettra des matchs plus amicaux et davantage d’équipes dans les ligues régionales et provinciales.

«Les femmes entraîneures adjointes, je veux les convaincre de prendre une des équipes régionales ou provinciales en tant qu’entraîneuses en chef», souligne-t-elle.

Articles similaires