Rivière-des-Prairies
16:10 16 décembre 2020 | mise à jour le: 16 décembre 2020 à 19:20 temps de lecture: 3 minutes

REM dans l’Est: des citoyens de Rivière-des-Prairies déçus

REM dans l’Est: des citoyens de Rivière-des-Prairies déçus
Photo: Courtoisie/CDPQ InfraLe tracé du REM de l’Est prévoit une seule station dans Rivière-des-Prairies, au Cégep-Marie Victorin, à l’ouest de l’autoroute 25.

L’annonce du prolongement du Réseau express métropolitain (REM) dans l’Est pour 10 G$ laisse des citoyens de Rivière-des-Prairies sur leur faim.

La phase 2 du projet prévoit l’ajout de 23 stations. Le tracé de ces 32 kilomètres se divise en deux branches : l’une vers l’Est, jusqu’à Pointe-aux-Trembles et l’autre vers le nord, jusqu’au Cégep Marie-Victorin.

Techniquement, l’établissement se trouve dans Rivière-des-Prairies, mais à l’extrémité ouest, à la frontière de Montréal-Nord.

«Je suis totalement déçu. Pointe-aux-Trembles, ils ont eu quatre stations! Nous, on n’a rien eu, comme d’habitude», lance Jean-François Rouette, un résident du quartier.

Il souligne que Rivière-des-Prairies compte sensiblement la même population que Pointe-aux-Trembles, concentrée beaucoup plus à l’est que le Cégep Marie-Victorin.

«On a des infrastructures où ils pourraient le faire passer, c’est un manque de volonté», laisse-t-il tomber.

Il ne mâche pas ses mots envers Chantal Rouleau, ministre déléguée aux Transports et ex-mairesse de Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles, qui n’en a que pour Pointe-aux-Trembles, selon lui.

Un bon début

«C’est quand même une bonne nouvelle, ça fait longtemps qu’on attendait ça, ça va mettre l’Est sur la carte, mais… Rivière-des-Prairies n’est pas dans le projet», nuance pour sa part Stéphanie Gauthier.

La résidente de Rivière-des-Prairies se déplaçait en autobus et en métro en tout temps pour se rendre à l’université et au travail jusqu’au début de la pandémie.

Elle a démarré une pétition pour améliorer l’offre de transport en commun dans le quartier. Cette pétition a recueilli plus de 1000 signatures et a été déposée à l’Assemblée nationale par le député libéral Marc Tanguay en 2018.

Paul Easton est lui aussi déçu de voir que le REM ne se rendra pas plus loin qu’au Cégep Marie-Victorin.

Il a écrit une lettre à la mairesse de Montréal, Valérie Plante, et à des élus et citoyens du quartier, pour tenter de comprendre pourquoi les citoyens du quartier étaient ainsi ignorés.

Il propose que le trajet vers l’est se poursuive ensuite vers l’ouest pour se connecter avec le tronçon au Cégep Marie-Victorin, notamment via le boulevard Henri-Bourassa.

Des questions sans réponse

«C’est une bonne nouvelle d’augmenter la capacité du REM. Ça va dans le bon sens», a quant à lui commenté Marc Tanguay, député libéral de LaFontaine.

De nombreuses questions restent toutefois sans réponse, selon lui. «Pourquoi n’avons-nous pas un projet qui inclut une entrée plus loin dans Rivière-des-Prairies, est-ce que ç’a été considéré, est-ce qu’il y a un plan de match, le cas échéant, pour se rendre plus loin dans Rivière-des-Prairies?», demande-t-il.

Il souligne que Rivière-des-Prairies demeure l’un des quartiers les plus enclavés à Montréal.

Articles similaires