Rivière-des-Prairies

Un œil sur les concentrations de méthane de la 52e Avenue

En 2018, l'arrondissement avait mandaté la firme Biothermica Technologies inc. pour assurer un suivi régulier des concentrations dans des résidences de la 52e avenue.
En 2018, l'arrondissement avait mandaté la firme Biothermica Technologies inc. pour assurer un suivi régulier des concentrations dans des résidences de la 52e avenue. Photo: Clément Bolano, Métro-Média

Le suivi des concentrations de méthane se poursuit dans la 52e Avenue, à Rivière-des-Prairies. L’Arrondissement est à la recherche d’une solution permanente afin d’éviter la migration du gaz vers les résidences.

Le méthane peut en effet représenter un danger pour l’être humain. Ce gaz à effet de serre, incolore et inodore, est extrêmement inflammable et représente une menace pour la santé. Le Service de l’environnement de la Ville de Montréal doit donc mettre en place une solution permanente afin d’éviter la migration du gaz vers les résidences.

«Un système de pompage et d’évacuation temporaire est en place durant la saison hivernale, ce qui réduit considérablement la migration de gaz vers les riverains. Le reste de l’année, il n’y a pas de migration de gaz dans le sol», a indiqué l’Arrondissement de Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles à Métro.

En 2018, l’Arrondissement avait mandaté la firme Biothermica Technologies inc. pour assurer un suivi régulier des concentrations dans des résidences de la 52e Avenue. Des détecteurs en continu et de la ventilation mécanique ont notamment été mis en place.

Des études réalisées en 2021 devaient permettre de déterminer les limites du panache de migration du biogaz et le degré de contamination sur les terrains, occasionnant une dépense de plus de 170 000 $ à la Ville-centre. Mais ces dernières ont conclu que «la solution initialement retenue de construire une tranchée tout le long d’une ruelle qui longe les propriétés [concernées]» ne serait «pas suffisante pour contrer la migration des biogaz».

La réalisation d’une tranchée d’aération pour l’évacuation de gaz dans ce secteur «n’a pas été écartée», précise cependant l’Arrondissement.

Ce dernier a confié, début juin, un contrat de près de 81 000 $, financé par la Ville-centre, afin de poursuivre le suivi des concentrations, et la préparation des plans et devis pour la réalisation d’une éventuelle tranchée. Des travaux qui pourraient avoir lieu dès 2023.

Vos nouvelles 100% locales, recevez-les chaque jour.

Nos infolettres vous suivent partout.

Articles récents du même sujet