Rosemont

Des centaines d’artistes dans les ruelles de Rosemont

Des centaines d’artistes dans les ruelles de Rosemont
Photo: Gracieuseté Jasmine Allan CôtéFAR propose un événement multidisciplinaire dans les ruelles de Rosemont – La Petite-Patrie.

Musique, danse, théâtre et poésie débarqueront dans trois ruelles de Rosemont – La Petite-Patrie dans quelques semaines.

Apprendre à grimper sur des échasses et manipuler des marionnettes dans un théâtre d’ombres vous intéresse? Les 6, 7 et 8 septembre prochain, le Festival des arts de ruelle (FAR) sera de retour pour une troisième édition, avec des spectacles et des ateliers plus éclectiques les uns que les autres.

Les résidents entre les rues Aylwin et Cuvillier, au nord de Sherbrooke, de la ruelle de l’école Saint-Ambroise, et entre les 6e et 7e Avenues, sud de la rue Holt, profiteront de la venue de 150 artistes pendant ces trois jours d’activités.

C’est en 2017 que Léa Philippe, clown de formation, a cofondé FAR. À l’époque celle-ci cherche un lieu pour se donner en spectacle, après un refus dans un cabaret montréalais. Elle décide alors de lancer son propre événement, sans se douter des proportions qu’il allait prendre.

Désormais, ce qui motive cette dernière à mettre sur pied ce bouquet de spectacles année après année c’est le désir de rejoindre les gens jusque dans leur cour arrière.

« Aujourd’hui, tu n’as plus besoin de quitter ton salon pour consommer de la culture. Avant, si tu voulais écouter de la musique, il fallait se rendre en salle. Combien de personnes se déplacent en moyenne plus de deux fois par an pour aller à la Place des arts? On souhaitait décloisonner la pratique artistique et permettre aux gens de se la réapproprier », insiste-t-elle.

C’est pour cela que FAR se retrouve dans les ruelles rosemontoises où les citoyens sont impliqués dans leur communauté.

« Dans la ruelle Saint-Zotique, ou tout a commencé il y a trois ans, il y a déjà une cabane à sucre urbaine et un ciné-ruelle, indique Mme Philippe. Les voisins sont motivés et nous aident chaque année. »

En effet, ceux-ci prêteront parfois un espace de stationnement pour créer un petit espace détente ou une scène, tandis que d’autres sortiront leurs rallonges électriques pour alimenter l’éclairage ambiant.

FAR n’est toutefois pas réservé aux résidents, et est ouvert à tous souligne la cofondatrice. « Chaque édition, il y a des curieux qui déambulent par hasard dans les ruelles et qui restent pendant toute la journée. »

Pour plus d’information sur le Festival des arts de ruelle, rendez-vous sur https://festivalfar.com/