Rosemont
10:03 29 janvier 2020

Commencer l’année en démarrant son entreprise

Commencer l’année en démarrant son entreprise
Photo: GracieusetéClaudie Gravel-Niquet et sa collègue Vivianne Loranger, fondatrices de Club Kombucha.

Qui dit nouvelle année, dit aussi résolutions. Se remettre en forme, arrêter de fumer sont des objectifs répandus. Toutefois, certains envisageront un autre projet : celui de démarrer leur entreprise. Pour changer son train-train quotidien en 2020, pourquoi ne pas se lancer en affaire?

Les défis pour devenir son propre patron sont nombreux, mais il n’est pas nécessaire de les affronter seul.

Dès le mois de janvier, et ce, toutes les deux semaines, l’organisme PME MTL Centre-Est propose des séances d’informations pour apprendre le b.a.-ba de la création d’entreprise.

« On leur explique en quoi consiste notre offre de service et on fait un survol des besoins de base pour bâtir son entreprise, tel que la recherche de fonds, les études de marché ou connaître sa concurrence », indique Jean-François Lalonde, directeur général de PME MTL Centre-Est.

L’an dernier, 272 personnes ont pris part à la trentaine d’ateliers donnés par l’organisme. Autant d’hommes que de femmes s’y sont présentés, souligne M. Lalonde, et la majorité a moins de 40 ans.

« Près de la moitié des participants provient de la population immigrante. Ce sont de nouveaux arrivants qui sont là depuis moins de 2 ans et qui ne connaissent pas le réseau d’affaire d’ici », insiste-t-il.

Un projet de vie

En mai 2018 l’équipe de Kombucha club s’est installé dans ses locaux de 600 m2 pour prendre en charge sa production de boisson fermentée.

Pour Claudie Gravel-Niquet et sa collègue Vivianne Loranger, le défi était de taille : celles-ci voulaient créer la première ligne de kombucha vendu dans des contenants en aluminium dans l’est du pays.

« Nous craignions ne pas être prise au sérieux, étant deux jeunes femmes, à peine sorties de l’université », affirme Mme Gravel-Niquet.

Malgré sa maîtrise en administration des affaires, cette dernière a constaté qu’elle ne possédait pas tous les outils afin de mettre sur pied sa compagnie il y a près de trois ans.

« On a rapidement découvert l’importance d’être bien entouré. Par chance, les deux conseillers qui nous ont guidés chez PME MTL connaissaient bien le milieu de la production de kombucha. Ils nous ont aidés à planifier notre budget et à obtenir deux bourses pour le financement de notre entreprise », indique-t-elle.

« C’est le plus gros projet de ma vie. C’est extraordinaire de voir son entreprise dans laquelle tu t’es investie à 100 % grandir. » – Claudie Gravel-Niquet, cofondatrice de Club Kombucha.

Marco Gartenhaus a lancé son projet de tasse intelligente, Cano, en 2017 et a bénéficié jusqu’à aujourd’hui de l’aide de PME MTL.

« Chaque mois on fait un suivi avec eux. Il a fallu tout apprendre, comment envoyer les payes, engager une équipe, monter les documents de financement », souligne ce dernier.

Puisque son système de contenants et tasse réutilisables en est encore à ses balbutiements, M. Gartenhaus compte toujours sur l’expertise de l’organisme, mais aussi sur son réseau. « Ils savent comment aller chercher les clients potentiels. On est à l’étape du prototype, mais jusqu’à présent on a trouvé six partenaires majeurs. »

« Entre travailler dans une grande entreprise et dans sa propre compagnie, l’échelle est complètement différente. Tu dois apprendre à gérer plusieurs domaines en même temps, mais ça te permet de travailler au quotidien sur un projet auquel tu crois. » – Marco Gartenhaus, fondateur de Cano.

Marie-Anne Miljours, fondatrice de Miljours Studio, s’est lancé dans la production d’articles de mode « éthiques et économiques » en 2014. Son aventure entrepreneuriale ne s’est pas arrêtée là, puisqu’en octobre dernier a décidé de faire le saut et d’ouvrir sa première boutique avec pignon sur la rue Beaubien.

« Au début, c’est arrivé de façon inattendue. J’ai eu un premier petit contrat à la pige, et peu à peu j’ai créé mon atelier. Je ne savais vraiment pas comment lancer une entreprise, ni comment créer un plan d’affaires ou trouver du financement. PME MTL m’a montré les rouages, mon entreprise ne serait pas où elle est aujourd’hui sans eux », dit-elle.