Montréal
16:51 30 avril 2020 | mise à jour le: 1 mai 2020 à 10:53 temps de lecture: 2 minutes

Le coronavirus ralentit la livraison d’un projet de logements sociaux dans Rosemont

Le coronavirus ralentit la livraison d’un projet de logements sociaux dans Rosemont
Photo: Capture d'écran/Google MapsSitué sur la rue Molson, le projet de logements sociaux doit s’installer au sommet d’un ensemble de condominiums.

La pandémie met des bâtons dans les roues d’un projet d’une trentaine de logements sociaux du Vieux-Rosemont. Si bien que le comité logement du quartier craint que les unités ne soient pas prêtes le 1er juillet.

La coopérative Le Gorille, un projet de 28 espaces installés au sommet d’une tour à condominiums sur la rue Molson, devait être livré au mois de juin.

Or, en raison de l’arrêt partiel des constructions résidentielles, il est difficile de savoir si les logements seront prêts à temps, constate l’organisateur communautaire du Comité logement Rosemont Arnaud Duplessis-Lalonde.

«On se demande si les locataires vont pouvoir emménager à la journée des déménagements», constate-t-il.

La construction résidentielle au Québec a connu une pause de près d’un mois à partir de la fin-mars. Repartis le 20 avril, les chantiers d’AccèsLogis, dont fait partie Le Gorille, doivent avoir reçu l’étiquette «prioritaire».

Un autre membre du Comité logement, Jean-Claude Laporte indique que le Groupe de ressources techniques (GRT) en charge du développement communautaire prévoit toujours des déménagements «au début de l’été».

«Ils ont demandé aux futurs locataires de renouveler leur bail au cas où», souligne M. Laporte.

Selon l’organisateur communautaire, ces habitants de Rosemont pourraient avoir des difficultés à trouver des alternatives en attendant la livraison du 1er juillet.

Mesures d’urgence

Mercredi, le gouvernement du Québec a mis en place une nouvelle mesure d’urgence pour les locataires qui ne pourront pas emménager dans leur logement à l’entrée en vigueur de leur bail.

Cette enveloppe donnera accès à 2000$ par mois, pendant 60 jours. La mesure, accessible aux locataires d’«un futur logement neuf ou [d’]une future propriété résidentielle neuve», le sera aussi à ceux qui s’apprêtaient à prendre possession d’un logement social, a confirmé la Société de l’habitation du Québec, jeudi.

Articles similaires