Rosemont
17:34 9 octobre 2020 | mise à jour le: 9 octobre 2020 à 17:39 temps de lecture: 3 minutes

Budget 2021: des taxes allégées pour faire face à la crise

Budget 2021: des taxes allégées pour faire face à la crise
Photo: FELIX O.J. FOURNIER LAPRESSE LTEÉtablir un budget en temps de crise sanitaire s’est avéré être un exercice complexe pour l’arrondissement de Rosemont-La Petite-Patrie.

L’arrondissement de Rosemont-La Petite-Patrie a adopté son budget pour l’année 2021 avec pour priorité de maintenir les services aux citoyens, malgré une année 2020 marquée par la crise sanitaire.

Ayant à cœur d’établir un budget «raisonnable» et «stable» pour l’année prochaine, le maire, François W. Croteau reconnaît que la tâche n’a pas été facile.

En plus de dépenses imprévues provoquées par la crise sanitaire, l’arrondissement a dû composer avec une importante baisse de revenus. En effet, la fermeture du bureau des permis au moment du confinement a notamment fait chuter les revenus liés aux permis de rénovation et de construction et aux permis d’occupation du domaine public.

«Nous avons dû jongler pour maintenir les services de base et obtenir un budget équilibré qui ne pèse pas sur les citoyens dans un contexte où plusieurs vivent des situations difficiles», explique-t-il.

Afin de ne pas alourdir les dépenses des Rosepatriens, l’arrondissement a donc opté pour une hausse de la taxe foncière de seulement 1,8 %.

«Avec le gel de taxe mis en place par la Ville de Montréal et l’augmentation de la valeur foncière dans l’arrondissement, les citoyens de l’arrondissement auront en 2021 un des taux de taxation les plus faibles à Montréal», affirme M. Croteau.

Cette faible hausse de la taxe foncière sera en partie compensée par des compressions administratives de 250 000 $. En tenant compte de ces coupes, l’arrondissement disposera en 2021 d’un budget total de 62 M$ contre 60,9 M$ en 2020.

Services et qualité de vie

Grâce à ce budget, l’arrondissement entend poursuivre son objectif d’améliorer la qualité de vie des résidents. Cela se traduira notamment par des projets d’apaisement des rues, la plantation de 2000 arbres et la création de «milieux de vie à échelle humaine».

Pour ce faire, près de 43 % du budget sera consacré aux travaux publics et 23 % à la culture, au loisir et au sport.

Les services administratifs et de relations avec les citoyens bénéficieront de 15 % du budget, tandis que 14,5 % iront au développement du territoire et aux études techniques. Enfin, 4,5 % de l’enveloppe totale sera dédiée à la direction de l’arrondissement. Des taux proches de ceux de l’année 2020.

Vision à long terme

L’arrondissement a également dévoilé son programme décennal d’immobilisations (PDI) qui détaille les grands projets d’aménagements prévus jusqu’à 2030. Le PDI prévoit des dépenses de 8 840 000 $ par année, de 2021 à 2030.

«Pour offrir un environnement sain et une meilleure qualité de vie aux citoyens de l’arrondissement, nous nous sommes concentrés sur deux axes principaux. D’une part le développement de nouvelles infrastructure de mobilité et d’autre part, l’amélioration d’infrastructures de loisir», précise M. Croteau.

Le PDI comprend ainsi la continuation du projet Vision Vélo, mais aussi le réaménagement du parc Rosemont et du parc Montcalm pour 1,5 M$ chacun. Entre 1,4 M$ et 1,6 M$ par année seront également investis pour le programme de réfection routière.

Articles similaires