Rosemont
17:36 2 novembre 2020 | mise à jour le: 3 novembre 2020 à 11:26 temps de lecture: 3 minutes

Une ingénieure de Rosemont remporte le prix Relève du génie-conseil

Une ingénieure de Rosemont remporte le prix Relève du génie-conseil
Photo: GracieusetéL’ingénieure Virginie Gauvin dans des marches de l’École Innovatrice de Greenfield Park.

Une ingénieure de Rosemont a remporté le prix Relève du génie-conseil de l’Association des firmes de génie-conseil (AFG) pour la conception d’une école primaire de Greenfield Park.

La Rosepatrienne Virginie Gauvin, spécialisée en génie mécanique chez Bouthillette Parizeau, a mis la main sur cette mention le 13 octobre lors du gala virtuel des Grands Prix du génie-conseil québécois.

«C’est un bel honneur. C’est de présenter un modèle d’une [jeune] ingénieure, de nouvelles façons de faire et des valeurs qui sont importantes pour le génie-conseil», souligne celle qui vit dans Rosemont—La-Petite-Patrie depuis quatre ans.

Le projet de l’École Innovatrice consistait à construire un établissement scolaire innovateur. Il s’agit d’un lieu imaginé à la fine pointe de la technologie et de la pédagogie pour permettre l’apprentissage alternatif par projets.

Une école repensée

Le bâtiment de trois étages contient, entre autres, des classes de la maternelle au secondaire, deux cuisines pédagogiques, des laboratoires de sciences et un système de géothermie, qui utilise une énergie propre et renouvelable.

«[L’école] n’a pas le même mode d’apprentissage que les programmes réguliers. Ce sont plus de petits locaux pour que les élèves puissent avancer leur projet de manière autonome», souligne Virginie Gauvin.

«L’architecture du bâtiment est très différente de ce qu’on fait habituellement par rapport à une école standard. Ça nous a demandé de revoir nos façons de faire.» – Virginie Gauvin, ingénieure en génie mécanique

Dans un établissement scolaire de trois étages, il y a plusieurs facteurs de sécurité à prendre en compte lors de la conception comme la protection incendie, une bonne récupération de la chaleur et la présence de systèmes hydrauliques et aérauliques.

«Le taux d’oxygénation vient influencer la qualité d’apprentissage des élèves. Donc, maintenir une bonne qualité d’air, et on le voit encore plus aujourd’hui avec la pandémie, ça permet déjà d’éviter que certains enfants tombent malades», indique l’ingénieure de 28 ans.

Soif d’apprendre

Mme Gauvin affirme qu’elle aime beaucoup développer ses connaissances dans son domaine. Elle considère donc important de consacrer du temps à la formations dans le cadre de son travail.

Ce même désir l’a poussée à poursuivre des études de deuxième cycle en s’inscrivant à la maîtrise en urbanisme de l’Université de Montréal (UdeM). Même avec un baccalauréat en poche, elle souhaitait obtenir des réponses à ses questions.

«Il y a beaucoup d’enjeux sur le terrain, que ce soit l’acceptation par la communauté ou la qualité de l’environnement. [La maîtrise] me donne une vision beaucoup plus globale du milieu de la construction au Québec», dit l’étudiante.

Virginie Gauvin a participé à plusieurs projets au cours des dernières années. Outre avec des centres de services scolaire de la grande région de Montréal, elle a collaboré avec des universités et plus récemment avec le Centre hospitalier de Sherbrooke pour la construction du Centre mère-enfant qui devrait se terminer en 2021.

22,3M$

Coût du projet de construction de l’École Innovatrice dans Greenfield Park.

Articles similaires