Rosemont
16:27 20 novembre 2020 | mise à jour le: 20 novembre 2020 à 16:28 temps de lecture: 2 minutes

Fin de la grève à la Librairie Raffin de la Plaza St Hubert

Fin de la grève à la Librairie Raffin de la Plaza St Hubert
Photo: Gracieuseté CSNLes employés de la Librairie Raffin étaient en grève depuis le 5 octobre.

Après plusieurs semaines de grève générale, les employés de la Librairie Raffin ont finalement trouvé un compromis avec leur employeur. Les libraires seront donc présents dans la succursale de la Plaza St-Hubert pour le magasinage des Fêtes.

Le 5 octobre dernier, les employés de la Librairie Raffin entamaient un mandat de grève voté à l’unanimité. Ce vote faisait suite à une séance de négociation qui avait mené le Syndicat des employés de la Librairie Raffin Plaza St-Hubert-CSN dans une impasse.

Après un an de négociations, les membres du syndicat et l’employeur sont enfin parvenus à une entente. Le syndicat a en effet accepté la recommandation faite par le conciliateur qui était présent pour permettre un dialogue entre les deux parties.

La recommandation faite par le conciliateur prévoit notamment un contrat de travail de trois ans, qui se termine en mai 2022. Les employés ont ainsi repris le travail le 20 novembre et se réjouissent de retrouver leur clientèle.

«Nous sommes heureux de retourner en succursale pour suggérer des lectures à nos clients, à l’approche des vacances de Noël. Durant les semaines de conflit, c’est ce lien privilégié avec notre clientèle qui nous a le plus manqué», souligne Frédérique Saint-Julien Desrochers, libraire et porte-parole du syndicat.

De meilleures conditions de travail

Entre autres revendications, les employés de la librairie demandaient une augmentation de salaire alors qu’ils étaient payés en moyenne 13,45$ de l’heure. Malgré leur niveau d’étude et leur expertise, leur rémunération était ainsi à peine plus élevée que le salaire minimum.

«Nous avons enregistré des gains pour enfin nous éloigner du salaire minimum et pour obtenir une certaine reconnaissance de l’expertise et de la formation des libraires», se réjouit Mme Saint-Julien Desrochers.

Grâce à cette entente, les heures de travail des employés à temps partiel seront aussi réparties différemment. Un nouvel équilibre qui «devrait stabiliser la main-d’œuvre au bénéfice de tous», selon la porte-parole.

Articles similaires