Rosemont
16:57 20 janvier 2021 | mise à jour le: 20 janvier 2021 à 16:57 temps de lecture: 3 minutes

Lutter contre le diabète de type 2 malgré la pandémie

Lutter contre le diabète de type 2 malgré la pandémie
Photo: Archives MétroLa Clinique de prévention du diabète fait partie de l’Institut de cardiologie de Montréal.

Grâce à un accompagnement virtuel personnalisé, la Clinique de prévention du diabète Sun Life de l’Institut de Cardiologie de Montréal (ICM) a obtenu des résultats très positifs en 2020, et ce, malgré le contexte de la crise sanitaire.

Inaugurée en 2018, la Clinique de prévention du diabète de l’ICM a connu une année 2020 pleine de défis et bouleversée par la pandémie de COVID-19. Une partie de son personnel a en effet été mobilisée pour travailler à l’hôpital et son gymnase a dû fermer ses portes.

Dès le début de la pandémie, nous avons tenu à maintenir nos services à distance. Les patients ont ainsi pu bénéficier d’un suivi personnalisé régulier par téléphone avec les personnels soignants de la Clinique», explique Dr Martin Juneau, directeur de la prévention à l’Institut de Cardiologie de Montréal, responsable de la Clinique de prévention du diabète.

Des capsules vidéo ont également été créées pour permettre aux patients de poursuivre leur programme d’activité physique en dépit de la crise sanitaire.

«La prise de poids est le principal facteur du diabète de type 2 qui se manifeste par une résistance à l’insuline et donc un taux de sucre dans le sang trop élevé, précise le Dr Juneau. Cette maladie, si elle n’est pas traitée, peut entraîner des complications cardiovasculaires importantes».

Ainsi, les 223 patients participant au programme de la Clinique ont obtenu des résultats positifs. En plus d’avoir perdu du poids, les patients ont réussi pour la plupart à améliorer leurs résultats sanguins, notamment leur glycémie qui indique le taux de sucre dans le sang.

Une approche multidisciplinaire

Tandis qu’on sait que le diabète de type 2 est une maladie chronique principalement liée aux habitudes de vie des patients, elle est rarement traitée avec une approche multidisciplinaire. La plupart des médecins tentent plutôt de la stabiliser à l’aide de médicaments.

«En travaillant sur l’alimentation et les habitudes de vie des patients avec des professionnels de plusieurs disciplines, on obtient de très bons résultats. C’est un véritable travail d’équipe qui permet même, bien souvent, d’éviter d’avoir recours à une médication», souligne le Dr Juneau.

Pour tenter de «renverser le diabète», les patients de la Clinique de prévention du diabète sont ainsi accompagnés et suivis par plusieurs infirmières, médecins omnipraticiens, ainsi que d’une kinésiologue et une nutritionniste.

Articles similaires