Rosemont

Feu sur la Plaza St-Hubert: près de 1,5 M$ réclamés à la Ville de Montréal

Photo: Archives TC Media

La Ville de Montréal fait face à plusieurs poursuites déposées dans la foulée de l’incendie survenu sur la Plaza St-Hubert, le 5 mars dernier. Selon des documents obtenus par TC Media, les recours présentés en Cour supérieure incriminent le dégel des tuyaux et demandent des dommages de près de 1,5 M$.

TC Media avait révélé, fin août, que le dégel des tuyaux, effectué à proximité par la Ville, avait été mis en cause dans le rapport préliminaire de la Section de la recherche des causes et circonstances des incendies du Service de sécurité incendie de Montréal (SIM).

Quatre requêtes ont été déposées en Cour supérieure au début du mois de septembre.

L’un des requérants, Intact Assurance, réclame plus de 1M$. La compagnie explique avoir indemnisé quatre assurés qui logeaient entre le 6590 et le 6596, rue Saint-Hubert.

Elle demande réparation à la Ville de Montréal pour avoir «omis ou négligé de prendre toutes les précautions usuelles et les mesures nécessaires d’entretien, de vérification et de contrôle pour éviter qu’un incident de cette nature se produise», peut-on lire dans la requête.

À qui la faute?
Intact Assurance poursuit également l’entreprise d’électricité et de plomberie Joël Bourque, située à Québec, et son assureur de responsabilité civile.

TC Media a contacté l’entreprise, qui affirme ne «pas être au courant». «Il faut aller demander à la Ville. On a juste loué nos équipements et on ne sait pas ce qui s’est passé après», a-t-on brièvement dit, avant de mettre rapidement fin à la conversation.

Un autre assureur a également décidé de poursuivre la Ville et l’entreprise de M. Bourque.

Aviva, qui a indemnisé Avenue 8, un studio de création numérique, a déposé une requête demandant près de 94 000$ de dommages.

Les deux assureurs affirment que la compagnie d’électricité et de plomberie était «responsable de la supervision et de l’exécution des travaux».

Le feu avait notamment ravagé une école de danse.

Des sinistrés demandent aussi réparation
Selon des documents déposés en cour, deux sinistrés ont aussi décidé de se tourner vers les tribunaux.

Avenue 8, qui logeait depuis 2011 au 6598A, rue Saint-Hubert, chiffre le préjudice subi à plus de 245 000$, en plus de l’indemnité versée par son assureur.

L’entreprise dit notamment qu’elle a fait face, à la suite du sinistre, à une baisse d’activité et a dû résilier le contrat de travail de l’un de ses employés. Elle ajoute que le sinistre aura des répercussions financières sur son avenir puisqu’elle devra désormais «payer un loyer supérieur d’au moins 1000$ par mois» pour un local équivalent à celui de la Plaza.

Enfin, une autre locataire a décidé de se retourner contre la Ville.

Lynsey Billing, propriétaire de l’Académie de danse Scream, réclame plus de 75 000$.

TC Media l’avait rencontré quelques semaines après l’incendie. Elle attendait impatiemment de connaître les causes du sinistre.

«Je suis en mode attente depuis le mois de mars. J’ai envie que ça aille vite. J’ai été tellement stressée de ne pas pouvoir continuer mes cours. C’est plus qu’une école de danse pour moi. C’est ma vie, ma famille», raconte-t-elle.

Dans sa requête, son avocate a d’ailleurs longuement détaillé les traumatismes vécus par la plaignante après l’incendie.

Parmi les justificatifs fournis à la Cour, Mme Billing a présenté des factures de plus de 22 000$, un montant qu’elle a dû investir pour aménager un nouveau local de danse.

Questionnée, la Ville de Montréal se refuse toujours de commenter le dossier.

Articles récents du même sujet