Rosemont
18:58 18 février 2016 | mise à jour le: 18 février 2016 à 18:58 Temps de lecture: 3 minutes

24 heures de bouffe pour aider les enfants

24 heures de bouffe pour aider les enfants
Photo: Stépahnie Maunay/TC Media

Pas de course ou encore de ski, mais c’est un marathon de la bouffe à l’image des 24h de Tremblant qu’organise, le 1er mars, le restaurant bon-D sur la Promenade Masson. Les clients pourront manger de minuit au lendemain et payer à leur discrétion au profit du Club des petits déjeuners.

Soutenu par son équipe et son entourage, Franck Rivard, le propriétaire, espère servir 50 clients par heure. «Je veux que cela soit plein, bondé pendant 24 heures», lance-t-il.

Pour satisfaire les gourmands, 16 mets ont été confectionnés, avec des plats uniques au souper notamment, mais aussi des grands classiques de l’établissement comme la poutine au canard confit ou encore le grill cheese.

Sur le menu, pas de prix. Le paiement se fera à la discrétion du client.

«On m’a demandé pourquoi je ne mettais pas un minimum. Mais je trouve que cela aurait enlevé le côté intéressant de l’évènement. On compte sur la générosité des gens. J’ai confiance», assure M. Rivard.

Il croit d’ailleurs que les dons pourraient dépasser les prix affichés d’ordinaire sur sa carte.

Franck Rivard, proprio du bon-D

Un esprit de communauté
Il y a près de trois ans, le restaurant a organisé un premier évènement-bénéfice où 6500$ ont été reversés à la Société canadienne du cancer.

Cette fois-ci, le restaurateur a tenu à aider une cause qui allie son métier de cuisinier et son rôle de papa d’un enfant de cinq ans. «L’alimentation est quelque chose qui me touche. Il faut sortir de nos bottines pour donner ailleurs dans la communauté. On le fait de bon cœur», explique-t-il, croisant les doigts pour amasser 10 000$ au profit du Club des petits déjeuners.

Une contribution qui s’ajoutera à la sienne puisque le restaurant ouvrira sans faire entrer de l’argent dans les caisses, avec des pertes estimées entre 2500$ et 3000$ de pertes, seulement en nourriture.

Le propriétaire ne cache pas sa volonté de profiter de l’occasion pour se faire connaître. Cependant, pas à n’importe quel prix.

«Il faut rester cohérent avec l’esprit de communauté dans notre métier et avec l’image de la Promenade Masson», souligne-t-il, précisant que plusieurs commerçants le suivent dans l’aventure.

Certains ont prévu de lui fournir sa matière première, d’autres de venir donner un coup de main pour servir durant quelques heures.

Diverses animations agrémenteront la journée notamment la prestation d’un DJ dès l’ouverture, à minuit.

Un chanteur issu d’un télé-crochet connu viendra faire plusieurs prestations au cours de la journée, mais le propriétaire préfère ne pas en dire plus et garder quelques surprises dans sa poche jusqu’au coup d’envoi de ce marathon de la bouffe.

Articles similaires