ÉLECTIONS - SAINT-LAURENT

Georgia Kokotsis sous la bannière du Parti vert dans Saint-Laurent

Georgia Kokotsis sous la bannière du Parti vert dans Saint-Laurent
Photo: Gracieuseté – Parti vert du CanadaGeorgia Kokotsis détient un baccalauréat en biochimie, ainsi qu’une maîtrise en administration des affaires, et d’une majeure en marketing.

C’est une première en politique pour Georgia Kokotsis, qui se présentera sous la bannière du Parti vert du Canada (PVC) dans le cadre de la campagne électorale fédérale.

Bien qu’elle vive dans l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal, Mme Kokotsis considère avoir un certain attachement à Saint-Laurent, alors que sa mère y a vécu pendant plus de dix ans. Elle dit avoir pris l’habitude d’y magasiner dans les mêmes commerces et épiceries, au fil du temps. «C’est notre endroit préféré», dit Mme Kokotsis.

Son saut en politique s’est concrétisé en mai en rencontrant l’une de ses «idoles», la cheffe du PVC, Elizabeth May, à la Chambre des communes, en marge d’un événement du mouvement Blue Dot. Ce projet de la Fondation David Suzuki, dont Mme Kokotsis est membre depuis plus de quatre ans, vise à promouvoir le droit de vivre dans un environnement en santé. 

Actuellement en semi-retraite, elle a aussi été consultante en marketing et en développement d’affaires au courant de sa carrière. 

Convictions

Advenant une victoire, la priorité de Mme Kokotsis sera d’assurer la protection du Technoparc, ce site de plus de 1,9 millions de m2. 

«C’est précieux. C’est une région pleine de biodiversité», plaide-t-elle. 

Au sud du Technoparc, se trouve l’autre priorité de la candidate verte: l’aéroport Montréal-Trudeau. Elle espère limiter l’expansion du site de l’entreprise, en empêchant la construction de hangars, par exemple. 

Le trafic aérien est aussi problématique. «Il y a des gens qui ont de la misère à dormir le soir. Il y a beaucoup de pollution sonore, et beaucoup de pollution de l’air», estime-t-elle.

Sur le plan économique, il faut que des montants plus importants soient investis dans des compagnies canadiennes qui ont un impact direct sur l’environnement, selon la candidate, qui cite en exemple Canadian Solar, fabricant de panneaux solaires.