Saint-Laurent

Le combat perpétuel du lutteur de Saint-Laurent Yann Heymug

Le lutteur Yann Heymug
Le lutteur Yann Heymug Photo: Gracieuseté

Le jeune lutteur de Saint-Laurent de 17 ans Yann Heymug est parvenu à garder son rythme d’entraînement malgré la crise sanitaire, tout en cumulant de bonnes notes dans ses cours au Collège Vanier.

Les efforts de l’étudiant en sciences humaines ont récemment été reconnus, alors qu’il était parmi sept athlètes à recevoir une bourse de 2000$ des fondations de l’athlète d’excellence (FAEQ) et de Georges St-Pierre (FGSP) lors d’un événement qui s’est tenu en visioconférence.

«Ça valorise tout le travail que je faisais cet été, tout l’entraînement que je mettais, et l’effort», dit le Camerounais d’origine.

L’ancien champion du monde d’arts martiaux mixtes Georges St-Pierre y était, et sa présence n’est pas passée inaperçue aux yeux de Yann Heymug. «J’ai écouté tous ses documentaires sur comment il s’entraînait, quand il a commencé», soutient Yann, ajoutant que «GSP» vient à l’occasion au même club de lutte que lui, sur l’avenue Westbury à Montréal.

Garder la tête haute

Le Laurentien garde le moral dans la dernière année malgré les restrictions sanitaires. Avant la pandémie, il mettait entre 25 et 28 heures par semaine en entraînement, soit 10 de plus qu’aujourd’hui.

Celui qui résidait auparavant à Saint-Césaire fait du shadow wrestling, impliquant à faire de la lutte avec soi-même. «T’essaies de perfectionner tes techniques tout seul», explique-t-il.

Yann court 30 minutes six jours sur sept. Deux fois par semaine, il fait des appels vidéo avec son entraîneur David Zilberman pour faire divers exercices. Dans le but de garder son attention vers la lutte pour l’inspirer, M. Zilberman lui envoie aussi des devoirs de lecture sur le parcours de sportifs sur lesquels il est noté.

Si Yann Heymug ne chôme pas, c’est pour éventuellement monter sur le podium aux Jeux du Canada. «C’est la première étape avant de se rendre aux internationaux avant de faire des grosses compétitions», dit-il.

C’est à sa première année du secondaire qu’il a fait ses débuts dans ce sport. Après deux semaines, il s’est fracturé un bras, ce qu’il ne l’a pas empêché de poursuivre son entraînement. Devant cette pandémie, il assure que sa motivation est toujours intacte.

Yann Heymug a été médaillé d’or dans la catégorie juvénile de division 1 chez les 163 livres aux Championnats du Réseau du sport étudiant du Québec (RSEQ) en février 2020.

Articles récents du même sujet