Saint-Laurent

École à Chameran-Lebeau: d’une pierre deux coups

Le terrain de la future école Photo: Google Earth

À un futur projet d’école primaire dans le quartier Chameran-Lebeau pourrait s’ajouter un centre communautaire, avec des services sportifs et culturels ouverts au public. L’arrondissement de Saint-Laurent et le Centre de services scolaire Marguerite-Bourgeoys (CSSMB) ont conclu une entente pour l’aménagement conjoint du terrain vacant situé aux angles des boulevards Jules-Poitras et Henri-Bourassa.

L’accord liant les deux parties permettra au CSSMB d’y installer un établissement d’une capacité de 24 classes. Les salles se distribueront entre 3 maternelles 4 ans, 3 autres maternelles et 18 classes, dont 2 en guise de classes d’accueil.

L’entente autorise l’arrondissement à bonifier certaines infrastructures de l’édifice, dont l’usage sera partagé en dehors des heures scolaires.

Une bibliothèque publique sera agencée à celle de l’école. Un centre communautaire mitoyen au bâtiment verra le jour, avec un accès au gymnase, qui sera plus grand que la norme.

La salle d’éducation physique aura une superficie totale de 1156 m2, soit 724 m2 de plus que la surface typique. L’arrondissement assumera la différence de coût. Le centre communautaire aura aussi une partie de l’espace de stationnement pour les besoins de ses employés et usagers.

Proximité

Le quartier de Chameran-Lebeau a une densité de population élevée, mais peu de services publics comparativement au nombre d’habitants, dont des familles immigrantes récentes avec des enfants. Plusieurs résidents doivent se déplacer à l’extérieur du quartier pour fréquenter des écoles et des loisirs.

Le secteur est enclavé par des voies de circulation à haut volume, soit l’autoroute 15, le boulevard Côte-Vertu et le chemin de fer de la gare Montpellier. À défaut d’être motorisé, sortir à pied ou à vélo comporte son lot de risques.

« Le projet d’école et de centre communautaire est une excellente nouvelle pour Chameran-Lebeau », soutient le coordonnateur au sein du RAP Jeunesse, Nicolas Barbeau. Ce dernier a longtemps été intervenant dans le secteur, où seul le chalet du parc Painter fait office de centre.

L’ancien travailleur de rue raconte que plusieurs perforent le grillage du chemin de fer à l’ouest, en guise de raccourci vers le quartier Montpellier.

23 000m2

Le lot vacant au croisement des boulevards Jules-Poitras et Henri-Bourassa occupe une surface équivalente à celle d’environ trois terrains de football.

Avec l’entente, l’arrondissement et le CSSMB utiliseront l’unique terrain vacant pour répondre à la fois aux manques de ressources scolaires, récréatives et communautaires.

M. Barbeau admet que lorsque le centre de tennis et racquetball qui s’y trouvait auparavant a été démoli, il était convaincu que ce serait un projet d’ensemble résidentiel qui en prendrait la place.

Longue haleine

Le maire de Saint-Laurent, Alan DeSousa, estime qu’une importante étape a été franchie à travers cet accord entre l’arrondissement et le CSSMB.« C’était un dossier complexe, négocié entre plusieurs partenaires, avec différentes juridictions», explique l’élu.

C’est en 2017 que l’arrondissement a acheté le lot vacant pour une somme de 4,16 M$. Il lui aura fallu attendre 17 ans pour obtenir le lopin de terre à la juste valeur marchande.

Ampleur

On dénombre entre 17 000 et 18 000 habitants dans la couronne de Chameran-Lebeau, sur une superficie d’approximativement 1km2. La concentration est comparée à celles des villes de Séoul en Corée du Sud et de Mumbai en Inde. En 2021, chacune était respectivement la 8e et 7e ville la plus dense de la planète.

La même année, les discussions pour la création d’une école primaire à Chameran-Lebeau ont débuté. « Il est rare qu’un arrondissement et qu’une commission scolaire collaborent à ce point sur un projet », avance M.DeSousa.

Pour la suite, la municipalité laurentienne doit acquérir l’autorisation de la Ville de Montréal pour céder une portion du site au CSSMB. Le centre de son côté demandera la permission au ministère de l’Éducation pour la bonification des installations.