Saint-Laurent

Terrains et distinction pour le garage souterrain Côte-Vertu

La signature de l’acte d’échange aura lieu au mois d’octobre. Photo: Archives

Deux terrains vacants seront alloués par la Ville de Montréal à la Société de transport de Montréal (STM) pour la construction du futur garage Côte-Vertu. La STM détiendra désormais l’intégralité des espaces sur lesquels elle a amorcé les travaux.

Le premier lot, d’une superficie de 2809 m2, se situe entre deux terrains que possède la STM et qui totalisent 24 331 m2. Délimité par la rue Grenet ainsi que les boulevards Marcel-Laurin et Thimens, il s’agit de l’emplacement du futur garage souterrain.

Une des visées du projet est l’hébergement de trains Azur dans le segment ouest de la ligne orange. La société de transport a reçu l’aval de la Ville pour l’ouverture du chantier en 2017.

L’infrastructure finale se situera en dessous d’une conduite d’égout rattachée au collecteur Leduc.

Le second lot de 300 m2 se trouve sur le site du stationnement du centre culturel Saint-Laurent. Une issue de secours et un poste de ventilation y sont prévus en cas d’incendie.

Distance maximale de sécurité

762 m
Dans le réseau de la STM, une personne ne doit pas parcourir une distance supérieure à 762 m pour atteindre une sortie de secours. Une telle installation sur le stationnement du centre culturel Saint-Laurent permet de respecter cette norme, à la fois pour le futur garage souterrain et la station Côte-Vertu.

L’actuelle arrière-gare de la station Côte-Vertu a une capacité de 10 trains. Le garage permettra d’en entreposer 10 supplémentaires.

La station a été fermée durant 12 semaines, avant de rouvrir à la fin août. Des travaux de voirie y ont été accomplis.

La mise en service du hangar est prévue en 2022. L’enveloppe, partagée entre les gouvernements provincial et fédéral, est de 492,3 M$.

Reconnaissance

Pour sa gestion du chantier du garage souterrain Côte-Vertu, la Société de transport de Montréal (STM) s’est vu décerner la plus haute distinction en développement durable pour les projets d’infrastructure, le prix Envision Platine. C’est la première fois au Canada que cette reconnaissance est donnée à un plan de transport collectif.

C’est Institute for Sustainable Infrastructure (ISI) qui a décerné le prix au projet du garage. L’institut est un organisme américain à but non lucratif fondé par le American Council of Engineering Companies ainsi que le American Public Works Association.

La reconnaissance Envision est le principal outil de développement durable utilisé en Amérique du Nord pour les projets d’infrastructures d’envergure.

Fréquence accrue

120 secondes
Selon l’estimation de la STM, un intervalle de 120 secondes est envisagé aux heures de pointe une fois le garage opérationnel. Actuellement, la durée entre deux trains à l’heure de pointe est de 150 secondes.

L’obtention de la qualification repose sur la conformité des infrastructures civiles aux considérations de développement durable.

Selon le communiqué de la STM faisant état de l’évaluation de l’ISI, le site du futur garage était une friche urbaine contaminée, dont l’aménagement architectural pourrait contribuer au développement urbain du secteur.

Le choix et le mode d’approvisionnement des matériaux sont félicités. Il en va de même pour l’empreinte des installations du futur hangar de trains.

Un recours à l’éclairage par diodes électroluminescentes (DEL) et le système de ventilation aboutiraient à une économie d’énergie de 49 % par rapport à un concept conventionnel.

Piste et parc

La société de transport cédera en contrepartie à la Ville un terrain de 2480 m2 adjacent au site du futur garage Côte-Vertu et longeant le boulevard Thimens. L’acquisition permettra l’aménagement d’un parc linéaire entre la rue Grenet et le boulevard Cavendish par l’arrondissement de Saint-Laurent.

Le tracé de la piste cyclable du boulevard Thimens sera aussi complété sur ce lot, en plus de la prolongation prévue jusqu’au boulevard Marcel-Laurin.

Le plan d’urbanisme de la ville centre vise une augmentation des installations récréatives dans le secteur.

Bien qu’elle en soit propriétaire, c’est en septembre de l’année prochaine que la Ville occupera le terrain.

Articles récents du même sujet