Montréal

Montréal-Delhi: une future liaison qui réjouit

Au Bombay Chaat & Paan, de gauche à droite: Chirag Delwadia, Charmi Mayank Mistry, Jay Zalavadiya, Jinal Koshiya, Purvil Oza et Rahul Kikani. Photo: Mohammed Aziz Mestiri – Métro Saint-Laurent

Avec la levée des restrictions sanitaires, Air Canada a réinstauré les vols directs vers et en provenance de Delhi. Le transporteur national planifie une liaison allant de Montréal vers la capitale indienne.

En offrant la nouvelle desserte, la compagnie aérienne souhaite investir dans le marché des visites de parents et d’amis (VPA). «Nous avons lancé Montréal – Le Caire il y a quelques mois pour répondre à cette même demande», mentionne par courriel la directrice des relations avec les médias d’Air Canada, Pascale Déry.

Bien qu’il soit estimé niche, le phénomène des VPA génère d’importants revenus touristiques au Canada, mais aussi au Québec.

Selon les plus récentes données du ministère du Tourisme du Québec de 2017, il y a eu 34,1 M de visiteurs recensés, qui ont dépensé un total de 9,8 G$.

Parmi eux, environ 15,8 M visitaient des amis ou de la famille. Ils ont déboursé 2,46 G$, l’équivalent du quart de toutes les dépenses.

Au sein de la tranche des VPA, près de 626 000 provenaient de pays autres que le Canada et les États-Unis, formant ainsi 3,96 % de ce segment de touristes. En ayant versé 549 M$ en dépenses touristiques, ils ont occupé 22,34 % des 2,46 G$ fournis par les VPA.

Mme Déry soutient que ce marché est en pleine croissance, y compris en provenance de l’Asie-Pacifique.

Efficacité et retrouvailles

Les seuls vols directs d’Air Canada vers Delhi prennent leur départ à Toronto et Vancouver. Une desserte sans escale depuis Montréal représente une importante économie de temps pour plusieurs résidents de l’île et leurs proches venant d’Inde.

Propriétaire du Bombay Chaat & Paan à Saint-Laurent, Rahul Kikani visite chaque année sa ville natale de Surat. Il s’y rendra durant le mois de décembre.

Pour cela, il prendra un vol de neuf heures de Montréal à Londres, au Royaume-Uni. «Dans une escale, il faut prévoir au moins trois heures entre l’atterrissage et le prochain départ, sinon on risque de le manquer», précise le résident de Montréal depuis 2014.

Un avion l’emmènera à Mumbai, à environ 300 km de Surat. Le trajet final en voiture lui prendra six heures. Au total, son voyage nécessitera minimalement 25 heures.

Un vol direct de Montréal à Delhi réduirait le temps de moitié, estime-t-il. Un service aérien relie la capitale à sa ville. «Plus de personnes seront motivées à voyager», soutient le diplômé de l’Université Concordia.

Son ami, Chirag Delwadia, accueillera ses parents dans quelques jours. Il ira les chercher à Toronto, en faisant un aller-retour de 12 heures en voiture. «Un vol direct jusqu’à Delhi est une excellente idée», partage l’homme de 31 ans.

J’étais avec mon mari 11 mois avant de m’installer à Montréal. Depuis que nous sommes ensemble, nous avons passé plus de temps éloignés l’un de l’autre.

Charmi Mayank Mistry, Montréalaise originaire de Surat

La possibilité de circuler à nouveau entre les pays, indépendamment du temps, est un soulagement pour plusieurs. Charmi Mayank Mistry, une étudiante âgée de 26 ans, a pu retrouver son mari depuis quelques semaines.

Alors que la native de Surat s’est installée à Montréal en janvier 2020, la crise sanitaire a empêché son mari de la rejoindre plus tôt. «Je connais plusieurs femmes qui ont des histoires similaires à la mienne», termine Mme Mayank Mistri.

Articles récents du même sujet