Saint-Léonard

Des débuts prometteurs pour une athlète locale

Maria aime particulièrement la chanson Never Enough, tirée de la trame sonore du film Le Maître de la scène, qu'elle utilisera d'ailleurs en compétition l'année prochaine. Photo: Courtoisie Rosanna Anobile
Félix Lacerte-Gauthier - Progrès Saint-Léonard

Âgée de seulement 9 ans, l’athlète du Club de Patinage Artistique (CPA) de Saint-Léonard, Maria Madison Di Giovanni vient de remporter le Championnat de patinage Star/ Michel-Proulx, une importante compétition provinciale. Pour autant, elle reste discrète. C’est sur la glace qu’elle laisse sa personnalité s’exprimer.

Plutôt timide et réservée, Maria range méticuleusement les médailles étalées sur la table devant elle, toutes remportées au cours de l’année. Ses yeux se mettent à briller alors qu’elle commence à parler du sport qu’elle adore tant. « J’aime le sentiment de vitesse, le fait de performer sur la glace et d’effectuer des mouvements exotiques en une seule performance », confie-t-elle. Son rêve : remporter un jour les jeux Olympiques. « Maria devient une tout autre personne lorsqu’elle est sur la glace, ça la transforme, ajoute Rosanna Anobile, sa mère. Elle ne veut d’ailleurs jamais en débarquer.»

Son éducation est très importante pour nous ! Maria a mis beaucoup d’efforts en classe, alors nous lui avons accordé qu’elle passe plus de temps sur la glace. – Rosanna Anobile, la mère de Maria.

Alors que beaucoup de jeunes athlètes suivent les traces de leurs parents, ce n’est pas le cas de Maria. Ni son père, ni sa mère n’avaient auparavant pratiqué le patinage. « Lorsqu’elle avait 3 ans, mon mari et moi l’avions inscrite à plusieurs activités : patinage, ballet, piano, ski et natation, révèle Mme Anobile. À 4 ans elle avait été sélectionnée pour faire le Programme de développement Patinage Plus, où elle a commencé la compétition, et je crois que c’est à ce moment que c’est devenu une passion pour elle. »

Un an plus tard, à l’âge de 5 ans, Maria a rencontré Giovanna Fiore, qui est devenue son entraîneuse. Une chimie s’est rapidement installée entre les deux. « Elle a une très belle personnalité, et elle est très travaillante. Elle met vraiment tous ses efforts à chaque pratique. C’est vraiment agréable de l’entraîner », témoigne Mme Fiore.

Une discipline de fer
Pour exceller en patinage, Maria suit un programme rigoureux. Elle s’entraîne sur la glace une quinzaine d’heures par semaine, réparties à travers 6 journées. D’autres pratiques se déroulent également en gymnase, où elle travaille sa flexibilité et effectue de la musculation. « Ce qui aide beaucoup est qu’on essaie que ce soit amusant, souligne Mme Fiore. On peut se permettre de rire, il ne faut pas que ça soit toujours trop sérieux, et ça permet aussi de détendre l’atmosphère. » Une affirmation à laquelle acquiesce tout sourire Maria.

Maria Madison Di Giovanni, entourée de sa mère Rosanna Anobile, et de son entraîneuse Giovanna Fiore.

Pour autant, pas question de laisser l’école de côté. « Son éducation est très importante pour nous, s’exclame sa mère. Maria a mis beaucoup d’efforts en classe, alors nous lui avons accordé qu’elle passe plus de temps sur la glace », dévoile-t-elle en riant. La direction de la Genesis Elementary School, où Maria étudie, lui a également permis quelques passe-droits en raison de son excellent dossier scolaire. Elle peut notamment partir un peu plus tôt deux journées par semaine, afin de se rendre à ses entraînements. « Elle gère elle-même son horaire. Elle est constamment en train de me rappeler : “maman, je dois être à tel endroit à telle heure !” », s’esclaffe Mme Anobile.

Dans son élément
C’est arrivé devant la patinoire que la personnalité de Maria se révèle. La fille timide devient beaucoup plus affable, et un sourire illumine son visage alors qu’elle saute sur la glace. « Je me sens contente dès que j’y suis, et je ne veux jamais en redescendre, confirme-t-elle. J’aime vraiment performer et apprendre de nouvelles choses. Je peux recommencer et persévérer jusqu’à ce que je maîtrise ces nouveaux éléments. » Tout au long de sa séance de patinage, elle exhibera également fièrement la médaille d’or qu’elle vient tout juste de remporter.

En juillet, elle participera à une compétition ouverte à tous à Ottawa, qui lui permettra de tester un nouveau programme. Ce sera le début d’une nouvelle saison en patinage pour Maria, dans un niveau supérieur. D’ici là, elle continuera de s’entraîner, toujours aussi régulièrement, dans l’espoir d’atteindre un jour son rêve olympique.

Articles récents du même sujet