Un duo de choc à Antoine-de-Saint-Exupéry

Un duo de choc à Antoine-de-Saint-Exupéry
Photo: Félix Lacerte-GauthierLes deux élèves devront se surpasser afin d’impressionner le jury lors du Rendez-vous panquébécois de Secondaire en spectacle, qui se tiendra du 30 mai au 2 juin.

Fort de leur victoire à la finale régionale de Secondaire en Spectacle, deux élèves d’Antoine-de-Saint-Exupéry, Joel Tshimbalanga et James Merolan, se rendront à Gatineau la semaine prochaine, pour le Rendez-vous panquébécois de l’événement. Un défi de taille pour les deux co-membres du groupe Double J.

À une semaine de la finale provinciale, les deux membres flottent encore sur un nuage. « On se sent bien, mais on se demande encore si nous l’avons vraiment fait, s’exclame Joel. C’est comme dans un rêve. » Stressés à l’idée de performer devant un aussi grand public, les deux élèves sont néanmoins certains qu’ils pourront également y connaître le succès. « On ressent le stress avant une performance, mais dès qu’on met le pied sur la piste, il s’envole ! », poursuit Joel. Il ajoute que l’idée qu’autant de personnes soient présentes pour les voir les encourage à vouloir se surpasser.

Pour en arriver là, les deux complices ont d’abord dû remporter la compétition locale de l’événement, à Antoine-de-Saint-Exupéry. Ils sont devenus les premiers à gagner à la fois le prix Lauréat du jury, et le prix Coup de cœur du public. Cette victoire leur a ouvert les portes de la finale régionale, qui se tenait au Collège de Maisonneuve. Leur performance à cette dernière leur ont permis d’être sélectionnés pour le Rendez-vous panquébécois, où ils représenteront la CSPI.

 

Apprendre par soi-même
C’est vers l’âge de 10 ans que James a commencé à danser. À 14, il est arrivé à l’école Antoine-de-Saint-Exupéry. L’année suivante, il s’était inscrit à une activité parascolaire de danse. C’est d’ailleurs en studio, l’année dernière, que les deux se sont rencontrés. « Je le regardais danser, et j’avais aussi remarqué qu’il m’observait, confie James. Après un moment d’hésitation, je suis allé le rencontrer, et je lui ai dit : “j’aurais besoin de toi”. »

Chacun avait été surpris de découvrir un autre élève partageant la même passion, et ayant les mêmes capacités. « Tout est venu naturellement, sans forcer. On avait une connexion, ajoute Joel. »

Autodidactes, les deux complices ont appris à danser en regardant des vidéos, et en écoutant des compétitions télévisées. Coïncidence, ils admiraient également tout deux Les Twins, deux jumeaux français renommés dans le domaine.

Très vite, ils ont commencé à développer leur synchronisation et la fluidité de leurs mouvements. Néanmoins, ils ne se sentaient pas encore prêts à compétitionner. C’est finalement sous les encouragements de Lyne Rivest, la technicienne en loisir, qu’ils se sont inscrits à Secondaire en spectacle. « Elle a cru en nous avant même que nous le fassions, dévoile Joel. Elle nous avait même encouragés à le faire l’année dernière, mais nous n’étions pas encore prêts. On a travaillé intensément, et ça a donné de bons résultats. On voit vraiment notre progression. »

« Je danse depuis toujours : je suis le seul bébé à être sorti du ventre de sa mère en moonwalk », blague Joel

Trouver son refuge
Les deux sont particulièrement reconnaissants du support qu’ils ont reçu à Antoine-de-Saint-Exupéry. « Je ne trouvais pas de force avec ma famille, confie Joel. Mon père ne voit pas la danse comme je la perçois. Il ne croit pas en moi. Ma force, je la trouvais à travers mes profs, à travers madame Lyne [Rivest] et madame Lisa-Marie Pilote [responsable de la vie étudiante] qui étaient toujours avec nous à nous encourager. » Il ajoute néanmoins ne pas garder de rancune envers sa famille.

De son côté, James révèle avoir également dû compter sur les doutes de sa mère. « Elle me demandait souvent : “t’es sûr que tu sais danser ?” C’est seulement lorsqu’elle m’a vu sur scène avec Joel qu’elle a cru en moi. »

Marqué par Antoine-de-Saint-Exupéry, Joel espère pouvoir y revenir en tant qu’enseignant en danse. Finissant le secondaire cette année, il poursuivra ses études en la matière au Collège Montmorency, avant d’entreprendre, il l’espère, des études universitaires.

De son côté, en 4e année du secondaire, James n’est pas encore certain de ce qu’il veut faire plus tard. Il ajoute néanmoins aimer ce qui a trait à la mécanique.

Ils espèrent également tous deux continuer à danser et comptent proposer leur candidature à l’émission Révolution, sur les ondes de TVA, afin de participer aux auditions.