Saint-Léonard

Des honneurs pour une femme d’exception

Des honneurs pour une femme d’exception
Photo: Félix Lacerte-GauthierEn plus de recevoir la Médaille pour mérite exceptionnel, Ellen Schryburt a eu l’occasion de signer le livre d’or de l’arrondissement.

Fait rare, Saint-Léonard a reçu lundi le lieutenant-gouverneur du Québec, J. Michel Doyon, venu remettre la Médaille pour mérite exceptionnel à Ellen Schryburt, une résidente de l’arrondissement au parcours caritatif remarquable.

C’est les larmes aux yeux, que Mme Schryburt a accepté cet honneur. « On ne le fait pas pour avoir des mérites, on le fait pour pouvoir aider d’autres personnes», rappelle-t-elle, émue.

Depuis sa jeunesse, Mme Schryburt s’implique bénévolement afin d’aider ceux en ayant besoin. Elle s’est notamment engagée auprès de la Société Saint-Vincent-de-Paul (SSVP).

«Je crois que c’est bien aussi pour nos bénévoles de voir que ce qu’on fait est apprécié, que ça porte fruit et qu’on aide beaucoup de monde », a raconté Mme Schyburt, soulignant l’apport de ses nombreux collaborateurs.

En plus de son travail auprès de la SSVP, elle a également parti quelques projets, dont la boutique d’Amélie, qui offre une seconde vie aux vêtements, le projet « Boîte à lunch », afin d’offrir un dîner à certains élèves d’une école primaire, ou encore l’Accueil aux Immigrants de l’Est de Montréal, qu’elle avait mis sur pied en 1986 afin d’aider une vague de réfugiés provenant d’Amérique latine.

« Par son engagement continu auprès de sa communauté depuis plus de 50 ans, Mme Schryburt a su contribuer au mieux-être et à l’enrichissement de son milieu. Elle est une source d’inspiration, encourageant les autres à suivre ses pas. Il était naturel de lui remettre cette distinction honorifique », a pour sa part déclaré M. Doyon.

« Mes parents faisaient du bénévolat et s’impliquaient. C’est parti de là, ça fait partie de mes gènes, révèle-t-elle en riant. Ça a toujours fait partie de moi, j’ai commencé alors que j’étais encore toute jeune. Je n’aime pas voir quelqu’un souffrir, être triste, ou avoir faim. C’est dans ma nature, je veux pouvoir aider. »

En 2017, elle avait également été honorée par la Ville de Montréal, qui lui avait décerné le titre de « Bâtisseuse de la cité » aux côtés de 18 autres Montréalaises.