Saint-Léonard

Meurtre d’une adolescente à Saint-Léonard: une communauté sous le choc

Reda Ynineb est intervenant à La Zone
Reda Ynineb est intervenant à La Zone de Saint-Léonard, qui est géré conjointement par Horizon Carrière et Les YMCA du Québec. Photo: Félix Lacerte-Gauthier/Métro Média

La communauté de Saint-Léonard est sous le choc après qu’une fusillade en pleine rue ait causé la mort d’une adolescente. Plusieurs intervenants jeunesse prévoient en discuter avec leurs jeunes au cours des prochains jours.

«[Avec son] profil, c’est comme si on la connaissait. C’est le profil et l’âge des jeunes qu’on accueille. Ce n’est pas nécessaire de connaître la victime pour se mettre au taquet afin de travailler l’aspect psychologique auprès des jeunes et de mettre des mots sur les émotions», explique Reda Ynineb, intervenant à La Zone.

L’organisme a pour vocation d’offrir un local et des activités pour les jeunes âgés de 16 à 30 ans. M. Ynineb ajoute que les intervenants se sont parlés entre eux afin d’offrir rapidement un atelier dans lequel les jeunes pourront échanger sur le drame.

«On est choqué par rapport à ce qui s’est passé, dévoile-t-il. La chose la plus importante est de tout de suite réagir avec nos jeunes pour établir le cadre de discussion, et faire de ça quelque chose de [positif].»

À la Maison des jeunes de Saint-Léonard, Jolyane Molaison, directrice de l’organisme, est également touchée par les événements. «On ne peut qu’être triste de cette nouvelle. Que ce soit ici, ou ailleurs, le fait qu’une jeune fille soit décédée dans les circonstances qu’on connait, ça fend le cœur.»

Elle aussi compte ouvrir la discussion avec les jeunes fréquentant son organisme, afin de revenir sur l’événement d’une façon plus constructive.

«C’est quand même délicat, ce ne sont pas des sujets qui sont faciles à prendre. Mais des événements précis comme celui-ci peuvent être une ouverture pour discuter de sujet plus large. Ce sont des événements, qu’ils pourraient vivre d’une façon ou d’une autre», rappelle-t-elle.

Pour Mme Molaison, il est important d’être capable de discuter de ces enjeux, cela faisant partie de la mission de sensibilisation de l’organisme.

Par communiqué, les élus de l’arrondissement de Saint-Léonard se disent «profondément attristés» par la fusillade, et souhaitent offrir leurs condoléances à la famille et aux proches de la victime.

«Nous souhaitons tous vivre à Saint-Léonard dans un environnement tranquille et paisible. C’est pourquoi nous demandons au SPVM de mener une enquête rigoureuse et de déployer les effectifs nécessaires pour trouver le ou les coupables de cette tragédie», a déclaré le maire Michel Bissonnet.

Il estime que davantage de mesures, dont une plus grande présence policière sur le terrain, devraient être prises afin de contrer la hausse des fusillades récentes dans le nord-est de la ville.

Des policiers du PDQ 42 feront aussi du porte-à-porte dans le secteur concerné afin de rassurer les résidents et récolter des renseignements.

Articles récents du même sujet