Saint-Léonard
05:00 15 juin 2021 | mise à jour le: 15 juin 2021 à 13:59 Temps de lecture: 4 minutes

Garder un contact humain en pharmacie

Garder un contact humain en pharmacie
Photo: David Flotat/Métro MédiaStéphane Morin fête ses 25 ans d’affaires en tant que pharmacien-propriétaire de la pharmacie de quartier de son enfance.

À l’occasion de ses 25 ans d’affaires, le pharmacien-propriétaire léonardois Stéphane Morin nous partage l’importance du lien humain entre la communauté et le personnel médical. Des valeurs qu’il veut transmettre à l’ensemble de son équipe.

Stéphane est un gars du coin. Ayant vécu toute son enfance à Saint-Léonard, à quelques pas de la pharmacie familiale du quartier, il en est désormais le propriétaire.

«Cette pharmacie était celle où nous allions quand j’étais enfant. Je me souviens quand je venais avec mes parents chercher nos médicaments ici. Aujourd’hui quand ils viennent me voir, ça me fait sourire», raconte-t-il.

Il se souvient avoir été attiré déjà tout jeune par la profession de pharmacien, un métier particulier selon lui.

«Je n’avais pas d’antécédents familiaux dans le milieu médical, mes parents étaient davantage dans la construction. Pharmacien-propriétaire, c’est le seul métier où tu peux être entrepreneur en même temps qu’être un professionnel de la santé, c’est cet aspect-là qui m’a toujours attiré.»

Rester en lien avec la communauté

Pour Stéphane, il est essentiel de créer et maintenir un lien avec la communauté quand on est pharmacien.

«Dans notre équipe nous essayons vraiment de connaitre au maximum nos clients. Étant disponibles 7 jours par semaine, 365 jours par an, nous sommes des professionnels de la santé de première ligne. Quand quelqu’un rentre et que quelque chose ne va pas, nous sommes immédiatement là pour l’aider. C’est primordial d’être à proximité des gens. Pour moi c’est même essentiel.»

«On est pareil sur ce point dans notre équipe, on partage ces valeurs de rester à proximité et au contact de la communauté. C’est quelque chose que je veux transmettre à la relève.»

Stéphane Morin, pharmacien-propriétaire d’Uniprix Lacordaire
L’équipe de la pharmacie Uniprix de Stéphane Morin.

Connection perdue

Ce lien évolue aujourd’hui avec l’apparition des nouvelles technologies et de l’assistance médicale à distance.

«On est encore une des seules pharmacies à Saint-Léonard qui répond directement aux appels, sans service automatisé. À ma connaissance, aucune autre dans le coin ne fait ça.»

Avec la modernisation des moyens de communication, il estime qu’il est important toutefois de conserver cette approche humaine.

«Je tiens à ce qu’on fonctionne de cette manière dans mes établissements. Ça a parfois ses désavantages bien sûr, mais au moins il y a un humain au bout de la ligne pour répondre et je trouve que c’est ça le plus important.»

Bien que sa boutique soit accessible sur la toile, la plupart des habitués de la pharmacie préfèrent fonctionner de manière traditionnelle.

«Nous sommes bien sûr en mesure de fonctionner en ligne, mais il ne faut pas oublier que 70% de notre clientèle n’ont même pas de courriel. Dans la majorité des cas, on fait le suivi et on fonctionne entièrement par téléphone, c’est donc plus personnalisé. La technologie n’est pas forcément accessible à tous, et c’est important de le rappeler.»

Après 25 ans de service, Stéphane souhaite désormais partager cet attrait pour les relations humaines au reste de son équipe.

Pour les autres pharmaciens en devenir, il a un message à faire passer: «Devenir pharmacien, c’est difficile car il y a de longues et dures études comme dans tout le domaine de la santé, mais c’est tellement un beau métier. C’est valorisant, on est au contact des gens. Pour moi, c’est la plus belle des professions.»

Articles similaires