Saint-Léonard
13:38 29 octobre 2015 | mise à jour le: 29 octobre 2015 à 14:44 temps de lecture: 3 minutes

Dominica Merola: retour aux sources

Dominica Merola: retour aux sources
Photo: Jacques Van de voorde

Après avoir parcouru les salles européennes avec les chansons de son album Bohémienne de coeur, l’auteure-compositrice-interprète Dominica Merola prendra place au Centre Leonardo Da Vinci, pour un spectacle intime piano et voix.

D’origine italo-québécoise, l’artiste se dit impatiente de revenir au public québécois dans ce lieu où elle a performé plusieurs fois déjà.

«L’acoustique est tellement bonne, je me sens vraiment accueillie comme dans une famille ici. C’est un centre où on sent la culture européenne, le respect des belles voix et des artistes», lance-t-elle, accoudée à la table du bistro du Centre où TC Media l’a rencontrée.

La chanteuse et pianiste carbure à l’énergie que lui procurent les spectacles et les voyages.

«Je voulais aller en Europe, parcourir le monde, le voyage a toujours été le moteur de ma carrière. J’adore le Québec, je suis née ici, j’adore chanter ici, mais quand on voyage on rencontre de nouveaux publics et ça nous nourrit pour mieux revenir», raconte-t-elle, visiblement passionnée par son art.

Dominica Merola a d’ailleurs fait un saut à Toronto, pour prêter sa voix au projet multiculturel Babelle et Barbarie avant son passage à Montréal.

Entre le Québec et la Méditerranée
L’artiste, qui partage sa vie avec un Belge, dit s’inspirer des deux cultures que lui ont donné ses parents; une mère québécoise, comédienne, et un père Italien, artiste peintre. Les gens qui l’entendront reconnaîtront l’influence de la musique classique qui la nourrit depuis son enfance, passée autour du piano à queue du salon.

«Ce n’est pas de la chanson québécoise, que je fais, même si quand on m’entend parler, on sait que je suis québécoise, lance-t-elle. Dans mon spectacle il va évidemment y avoir des airs en italien. C’est une langue qui porte les grandes voix, les mélodies et qui me caractérise en tant qu’artiste.»

Dominica Merola fait savoir qu’elle sera ravie, le 14 novembre au Centre Leonardo Da Vinci, d’interpréter Carmen de l’opéra de Georges Bizet. C’est d’ailleurs le premier air qui l’a poussée à devenir chanteuse.

Plusieurs cordes à son arc
Diplômée de l’école de musique Vincent d’Indy, Dominica Merola a également touché au théâtre et à la comédie musicale.

«C’est un métier où c’est tout le temps en mouvance, on doit toujours être proactif», explique-t-elle.

Si ses deux albums ont pour elle été de grands projets, les spectacles sont ce qu’elle préfère.

«Mon plus grand plaisir c’est de rencontrer les gens après un spectacle. Sur scène je ne suis pas le type à faire corps avec mon piano, j’aime parler et me présenter au public».

 

Le 14 novembre 20h, au Centre Leonardo Da Vinci. Renseignements: 514-955-8370