Actualités

L’art à travers la lumière

L’art à travers la lumière
Photo: Photo: Gracieuseté – Josée Brouillard

L’artiste Josée Brouillard illuminera la salle de la maison de la culture Marie-Uguay jusqu’en mars. L’experte en arts médiatiques usera de la lumière comme matériel pour incarner différents états d’âme par des mouvements simples, fragmentés et répétés.

Intitulée Brouillard: corps et lumière, l’exposition met de l’avant quatre installations lumineuses. Plongés dans le noir, les visiteurs y découvrent des personnages qui prennent vie par le biais de la vidéo, l’audio, la photographie et la programmation numérique.

«J’ai créé les personnages à partir de photos et de vidéos de moi-même. C’est pourquoi l’exposition se nomme ainsi, mais c’est aussi un jeu de mots parce que j’utilise le brouillard comme médium dans certaines de mes œuvres», décrit l’artiste de 36 ans.

C’est le cas de l’installation Le Caisson à Brouillard, un projet qui a pris naissance alors qu’elle était étudiante et qui est désormais présenté à la maison de la culture de Ville-Émard.

«La projection vidéo est à la base de la lumière. Pour la voir, cette lumière doit toucher une matière. Lassée de la projection classique sur écran, j’ai eu envie d’utiliser de la fumée comme support. La vidéo est donc projetée sur le dessus d’une boîte remplie de fumée», explique Mme Brouillard.

Pratiquer différemment
Détentrice d’un baccalauréat en beaux-arts de l’Université Concordia depuis 2012, Josée Brouillard a longtemps cru qu’elle ne deviendrait jamais une artiste, n’étant pas passionnée par la peinture ou le dessin.

«Ça m’a pris du temps avant de découvrir les arts médiatiques et créer mes propres expositions», explique celle qui présente ses œuvres pour la première fois à la maison de la culture Marie-Uguay, mais qui a de nombreuses expositions à son actif.

Elle compte maintenant partager sa passion avec les plus jeunes en leur faisant découvrir ce type d’art encore méconnu par le biais d’ateliers culturels. Après avoir travaillé avec des jeunes des arrondissements Côte-de-Neige-Notre-Dame-de-Grâce et Outremont, elle créera une œuvre collective avec un groupe du Sud-Ouest.

Le résultat de ce travail de médiation culturelle fera l’objet d’une exposition au printemps.