Montréal
09:16 31 juillet 2020 | mise à jour le: 31 juillet 2020 à 09:55 temps de lecture: 3 minutes

Réaménagement de la rue Notre-Dame: l’arrondissement fait volte-face

Réaménagement de la rue Notre-Dame: l’arrondissement fait volte-face
Photo: Josie Desmarais/MétroLa rue Notre-Dame a été transformée pour laisser plus de place aux vélos, piétons et terrasses.

L’arrondissement du Sud-Ouest fera volte-face sur le réaménagement de la rue Notre-Dame Ouest en raison de la grogne qu’a suscitée ce projet dans les derniers jours.

Plusieurs commerçants ont déploré n’avoir appris que vendredi dernier que l’arrondissement allait interrompre la circulation automobile en direction est sur l’artère commerciale. Des voies piétonnes devaient voir le jour sur les voies de stationnement des deux côtés de la rue. Ce réaménagement, qui s’inscrit dans celui des voies actives sécuritaires (VAS) à la Ville, devait durer jusqu’à l’automne.

Le maire d’arrondissement du Sud-Ouest, Benoit Dorais, a toutefois annoncé vendredi qu’il reculait sur ce projet.

«Malgré l’enthousiasme de la [Société de développement commercial] des Quartiers du Canal, il semble que cet aménagement n’est cependant pas privilégié par les marchands locaux et nous avons donc pris la décision de retirer les aménagements temporaires et d’explorer d’autres façons de soutenir les commerces locaux», a-t-il indiqué dans une publication mise en ligne peu après minuit.

Grogne des commerçants

Dans les derniers jours, la SDC a affirmé avoir fait part de son intérêt pour ce projet dès le mois de mai. Benoit Dorais affirme d’ailleurs que son administration travaille «depuis plusieurs mois» avec celle-ci afin de permettre à une VAS de voir le jour sur la rue Notre-Dame Ouest.

La SDC aurait toutefois consulté peu de commerçants concernant ce projet, qui a notamment soulevé l’ire du copropriétaire du groupe Joe Beef, David McMillan.

«Fermer toutes les rues, retirer toutes nos places de stationnement et demander à des clowns de faire des performances, ce n’est pas ce que j’appelle de l’aide économique [dans le contexte de la COVID-19]», a laissé tomber le commerçant sur son compte Twitter, jeudi.

Face à cette indignation, le maire du Sud-Ouest a donc décidé de faire marche arrière sur ce réaménagement.

«L’année 2020 présente des défis uniques et elle représente une opportunité d’essayer des aménagements et de repenser la ville. Nous continuerons à collaborer avec les commerçants et commerçantes du Sud-Ouest afin de s’assurer de les appuyer et de trouver les meilleures façons de leur permettre de rayonner malgré la crise sanitaire actuelle», ajoute l’élu.

M. Dorais assure toutefois que les commerçants de la rue Notre-Dame qui ont déjà profité des aménagements temporaires dans les derniers jours pour installer une terrasse devant leur établissement pourront conserver celle-ci. «Nos services travaillent d’ores et déjà avec les commerçants afin de s’assurer de la sécurité des installations sur la voie publique», indique-t-il.

Reculs

Depuis l’annonce de son plan de déplacements estival, à la mi-mai, la Ville a dû s’ajuster à de nombreuses reprises alors que certains de ces aménagements ont soulevé la grogne de plusieurs résidents et commerçants. Elle a notamment reculé sur la piétonnisation de la rue Fleury Ouest et accepté de réviser le réaménagement d’une partie du boulevard Saint-Laurent.

À la fin mai, l’ombudsman de la Ville avait d’ailleurs fait parvenir un «avis de préoccupation» à l’administration de Valérie Plante afin de lui rappeler certaines règles de base qu’elle doit respecter dans ses travaux de réaménagement. Parmi celles-ci, elle notait l’importance d’assurer l’accessibilité universelle et de consulter les commerçants et les citoyens concernés avant de réaménager l’espace public.

Articles similaires