Sud-Ouest

TC Media rencontre Dominique Anglade, candidate du PLQ

Photo: Hugo Lorini / TC Media

Si elle est élue le 9 novembre, Dominique Anglade, candidate du Parti libéral à l’élection partielle dans Saint-Henri–Sainte-Anne, compte s’attaquer à trois priorités. Celle qui promet d’être une voix forte pour la circonscription cible l’éducation, le besoin de mieux faire connaître les services offerts aux citoyens ainsi que la tenue d’exercices de concertation visant à solutionner des problèmes.

«L’éducation est une préoccupation, lance-t-elle en faisant référence au problème du décrochage. Il faut créer la capacité de réinvestir.» Et pour elle, cette capacité d’injecter davantage d’argent dans le réseau passe notamment par l’assainissement des finances publiques et l’équilibre budgétaire. Dominique Anglade plaide également pour une plus grande autonomie des écoles afin «qu’elles soient capables de faire leurs propres choix».

Comme seconde priorité, la candidate constate le besoin de faire connaître le plus largement possible le travail fait par les organismes. «La richesse de l’implication communautaire est incroyable dans Saint-Henri–Sainte-Anne. Il faut faire en sorte que l’information circule, que les services qu’on a soient connus», explique-t-elle.

La libérale note aussi l’importance de renforcer les ponts entre les acteurs du milieu en organisant deux fois par années une grande rencontre afin de discuter de problèmes en attente d’une solution. «Je suis une personne très pragmatique. J’aime trouver des solutions aux problèmes», insiste Dominique Anglade.

Premier dossier
Assurer l’avenir des centres d’éducation populaire est le premier dossier auquel la candidate compte s’attaquer si elle est élue.

La survie des six centres situés sur le territoire de la Commission scolaire de Montréal (CSDM) est menacée. Deux sont dans Saint-Henri–Sainte-Anne. La CSDM, qui les appuie financièrement depuis quarante ans, n’a plus les moyens de le faire. «Les centres jouent un rôle important au niveau du développement de la circonscription», estime la candidate. Sans avoir de solution toute prête à proposer, elle précise que les échanges se poursuivent entre les centres et le gouvernement du Québec pour trouver un modèle viable.

Logements sociaux
Dans son budget 2015-2016, le ministre des Finances, Carlos Leitao, a annoncé que le nombre de logements sociaux financés annuellement avec le programme Accès-Logis passe de 3000 à 1500 dans la province. Dans l’arrondissement du Sud-Ouest, les besoins sont importants alors que 4400 ménages consacrent plus de 50% de leur revenu au paiement de leur loyer.

Reconnaissant ces besoins, Dominique Anglade ne priorise toutefois pas la construction de logements. Expliquant qu’elle observe beaucoup de précarité lors de son porte-à-porte, la candidate se dit préoccupée de l’état des logements. «On doit s’assurer que le parc immobilier soit en bonne condition, souligne-t-elle. C’est ma priorité avant de dire que l’on va en construire plus.»

Vétusté des écoles
Selon les critères du ministère de l’Éducation, 87% des écoles de la CSDM dans Saint-Henri–Sainte-Anne sont jugées en «très mauvais état». Pour corriger cette situation, Dominique Anglade pointe une fois de plus la nécessité de faire le ménage dans les finances publiques afin d’avoir les moyens d’intervenir. «Dans un premier temps il faut se donner les leviers financiers pour pouvoir investir», soutient-elle.

Des modèles
Quand on lui demande quelles sont les personnalités qui l’inspirent, Mme Anglade mentionne Juanita Westmoreland-Traoré et Gro Harlem Brundtland.

Juanita Westmoreland-Traoré a été la première femme Noire nommée juge au Québec. «C’est une personnalité très inspirante, un beau modèle engagé dans la communauté», souligne la candidate.

En 1981, Gro Harlem Brundtland est devenue la première femme à occuper le poste de premier ministre de Norvège.

Dominique Anglade dit être inspirée de manière générale «par les gens qui ont le sens de l’engagement».

Articles récents du même sujet