Sud-Ouest
06:00 5 février 2016 | mise à jour le: 5 février 2016 à 11:36 Temps de lecture: 3 minutes

Restaurant Magnan: le bâtiment pourrait être démoli

Restaurant Magnan: le bâtiment pourrait être démoli
Photo: André Desroches / TC Media

Les dernières traces du légendaire restaurant Magnan fermé en 2014 après 82 ans d’existence pourraient disparaître. Le propriétaire veut démolir le bâtiment situé dans Pointe-Saint-Charles pour construire un immeuble d’habitation.

Le dossier sera à l’étude le 16 février lors d’une séance publique du comité d’étude des demandes de démolition.

La demande de permis pour raser l’édifice situé à l’angle des rues Saint-Patrick et Charlevoix a été reçue en janvier par le comité consultatif d’urbanisme (CCU).

«Les membres ont émis un avis défavorable», indique la présidente du CCU et conseillère municipale Anne-Marie Sigouin.

Le CCU considère des facteurs tels que l’état de l’immeuble et le projet de remplacement.

«On s’entend que ce n’est pas un chef-d’œuvre d’architecture», admet Anne-Marie Sigouin. Rien de patrimonial dans le bâtiment qui a abrité l’institution de la restauration. Mais selon elle, «il a une valeur au niveau de la mémoire collective. C’est un lieu emblématique.»

Mme Sigouin affirme que la structure de l’immeuble «est tout à fait saine».

L’urbaniste chargé de projet pour le promoteur, André Frenet, explique que si l’immeuble présente de l’extérieur un aspect somme toute moderne et homogène, il en va autrement dans l’ancienne taverne.

«Il y a eu une succession d’agrandissements par l’intérieur qui datent des années 1930, souligne-t-il. C’est impossible de récupérer le bâtiment d’un point de vue économique et fonctionnel.»

Habitations et commerces
Le propriétaire veut construire un seul bâtiment de trois étages sur le terrain d’une superficie de 3082 mètres carrés.

L’usage serait mixte. Il y aurait des commerces au rez-de-chaussée sur les rues Charlevoix et Saint-Patrick. En retrait, vers la rue Augustin-Cantin, le promoteur construirait une cinquantaine d’unités d’habitation. Ça pourrait être un mélange de condos et de logements locatifs. «C’est à confirmer», note André Frenet.

La famille Magnan a vendu le bâtiment et le terrain en octobre 2014. Selon le rôle foncier de la Ville de Montréal, le propriétaire est Gestion Saint-Patrick.

Le comité d’étude des demandes de démolition rend généralement une décision le soir même. Si le permis est refusé au propriétaire, ce dernier peut la contester. Ce sont alors tous les élus de l’arrondissement qui sont saisis du dossier.

La séance publique aura lieu à compter de 20h à la mairie d’arrondissement.

Articles similaires