Vaudreuil-Soulanges
09:30 24 octobre 2020 | mise à jour le: 24 octobre 2020 à 11:50 temps de lecture: 3 minutes

Mutation du marché du travail à Vaudreuil-Soulanges

Mutation du marché du travail à Vaudreuil-Soulanges
Photo: Olivier BoivinLe marché de l'emploi de Vaudreuil-Soulanges est en mutation

La pandémie a changé l’allure du marché du travail cet été. Le Carrefour jeunesse emploi de Vaudreuil-Soulanges (CJEVS) a constaté une augmentation inhabituelle de la demande pour ses services d’orientation.

Des centaines de personnes ont réévalué leur situation pendant la crise sanitaire et ont fait appel aux services du CJEVS.

«Beaucoup se sont demandé si leur emploi actuel leur convenait, si c’était vraiment ce qu’ils voulaient faire ou s’il y avait une profession dans la région qui les intéressait davantage», affirme la directrice générale Ève Bélec.

Par contre, très peu ont eu recours aux services de recherche d’emploi du CJEVS cet été.
Ce n’est qu’au début du mois d’octobre que cette clientèle a commencé à se faire plus nombreuse. «Dès que la PCU s’est terminée, les gens ont recommencé à venir nous voir», soutient la dg.

Un travail d’information a dû être fait au cours des derniers mois pour démêler les prestations et à qui elles pouvaient bénéficier.

Service important

Le Carrefour jeunesse emploi a été considéré comme un service prioritaire et a pu rouvrir ses portes plus tôt que certains commerces lors du déconfinement, au printemps.

«Quand on était fermé, on s’est aperçu qu’il y avait des gens qui squattaient notre réseau Wi-Fi, raconte Ève Bélec. On les a donc accueillis à l’intérieur pour leur permettre d’avoir accès à un poste de travail, parce que tous les services ont basculé vers Internet.»

L’aide psychosociale a également été populaire. Plusieurs facettes du travail ont changé avec la pandémie, dont les interactions avec les collègues en raison, entre autres, du télétravail.

Le CJEVS s’affaire toujours à évaluer l’étendue de l’impact qu’a la pandémie sur le secteur de l’emploi, puisque les effets se font encore ressentir dans plusieurs secteurs d’activités. On en saura plus au cours des mois à venir.

TikTok

Le CJEVS a profité de la pandémie pour développer des idées qui dormaient depuis longtemps. Un compte TikTok a donc vu le jour.

L’objectif était de rejoindre les jeunes là où ils sont. Après quelques mois, l’expérience s’est cependant avérée un échec.

Les publications sur le réseau social sont envoyées à un auditoire trop large pour que TikTok soit utile au Carrefour jeunesse emploi de Vaudreuil-Soulanges. «On ne sait pas à qui on s’adresse, affirme Ève Bélec. Ce n’est pas assez local contrairement à Facebook ou Instagram.»

Le compte n’est plus alimenté pour l’instant, mais le CJEVS ne ferme pas la porte à tenter de nouveau l’expérience dans le futur.

Articles similaires