Vaudreuil-Soulanges

La configuration du nouveau pont de l’île-aux-Tourtes remise en question

Le pont de l'île-aux-Tourtes
Le pont de l'Île-aux-Tourtes Photo: Archives

Alors que le ministère des Transports (MTQ) passe à l’étape de consulter la population sur l’architecture du nouveau pont de l’Île-aux-Tourtes, plusieurs se demandent pourquoi les plans ne prévoient pas les installations nécessaires à un projet de transport collectif vers Vaudreuil-Soulanges.

La nouvelle structure, qui sera construite parallèlement à celle actuellement en place, aura trois voies pour les véhicules et une voie d’accotement adaptée aux autobus, et ce, dans les deux sens. Une piste polyvalente sera également aménagée pour les piétons et bicyclettes.

Les plans ne font état d’aucune place à un futur projet de transport en commun vers l’ouest, à la déception de plusieurs résidents de Vaudreuil-Soulanges, dont Louise Craig.

Elle est d’avis qu’ils n’ont pas été conçus avec une vision long terme. «Un pont, c’est bon pour 70 ou 100 ans, explique-t-elle. Il faut que les infrastructures suivent l’augmentation démographique importante de la région.»

Le ministère des Transports juge plutôt les aménagements pour les autobus prévus au projet adéquats pour répondre aux besoins actuels et futurs, selon les études qui ont été réalisées.
«Peut-être qu’ils suffisent maintenant, mais il faut voir plus loin», soutient Mme Craig.

REM

Une page Facebook en 2019 visant à demander le prolongement du Réseau express métropolitain (REM) dans la région a été initiée par Mme Craig avec la conseillère municipale de Saint-Lazare, Geneviève Lachance,

Les deux femmes croient qu’il s’agit de la seule solution qui permettrait une diminution du trafic. «C’est bien beau les autobus, mais les automobilistes de notre région ne sont pas habitués à ce mode de transport, soutient Louise Craig. Rien n’indique qu’ils le prendraient.»

Mais le prolongement du REM n’est pas à l’étude pour le nouveau pont de l’île-aux-Tourtes, confirme le MTQ, contrairement à ce qu’affirmait la ministre déléguée des Transports et à la région métropolitaine, Chantal Rouleau, en 2019. Une situation inacceptable selon Mme Lachance, qui craint que le projet ne voie jamais le jour parce que «ça coûterait trop cher de faire une structure indépendante». «Ce serait vraiment une occasion ratée», déplore-t-elle.

D’ici là, une consultation publique est en cours concernant l’architecture du nouveau pont. Les personnes qui aimeraient se faire entendre peuvent le faire jusqu’au 18 janvier.

Aucune date n’a été avancée concernant le début des travaux de la nouvelle structure.

Articles récents du même sujet