Encore des problèmes avec les poubelles sur Saint-André

Encore des problèmes avec les poubelles sur Saint-André
Photo: ArchivesDes résidents de la rue Saint-André ont constaté un problème de poubelles mal entreposées depuis plusieurs années.

Après des appels à répétition au 311 et de longues discussions avec l’Arrondissement et l’association commerçante locale, des résidents de la rue Saint-André espèrent voir la lumière au bout du tunnel en ce qui concerne la malpropreté dans le secteur.

Les Enjoliveurs de rue St-André se sont regroupés l’an dernier pour combattre plusieurs problèmes sur cette voie en arrière-boutique de la Plaza Saint-Hubert.

Ceux-ci se disent particulièrement affectés par les conteneurs à déchet de chaînes de restauration rapide qui débordent sur les trottoirs, mais aussi par les excès de vitesse de certains automobilistes et le bruit.

« En tout, nous avons fait plus d’une centaine de plaintes à l’Arrondissement en 2018 entre tous les voisins et selon les informations que nous avons obtenues, cette année-là il n’y a eu que 3 constats d’infractions remis aux commerçants délinquants », indique Laurier Beaudoin, membre du regroupement citoyen.

Depuis, ce dernier constate que la situation s’est améliorée, surtout à partir de cet hiver.

En effet, l’Arrondissement a alors décidé d’augmenter les inspections ponctuelles lors des fins de semaine, moment auquel le problème de l’accumulation des ordures serait le plus exacerbé.

« Il y aurait beaucoup plus de constats d’infraction remis en février et mars, mais on ne connaît pas le nombre exact, puisque l’Arrondissement ne les a pas encore compilés », affirme M. Beaudoin.

Toutefois, celui-ci croit que l’administration devra mettre en place un plan pour rectifier la situation. « Dès qu’il y a un relâchement des inspections, le problème des ordures est de retour. Quand on est obligé de se chicaner tout le temps avec les commerçants ce n’est pas normal et ça crée un climat qui n’est pas idéal », souligne le résident.

Lors du conseil d’arrondissement du 3 juin, le citoyen et un de ses comparses se sont présentés devant les élus en recherche de solutions.

Le conseiller de ville François Limoges a alors répondu qu’il « entendait très bien ce que [ les résidents lui disaient ] » et qu’une « approche moins traditionnelle » pourrait être envisagée par les services de l’administration.

« L’Arrondissement a récemment mandaté une entreprise afin de dresser un portrait de la situation en matière de propreté et de gestion des matières résiduelles sur la rue Saint-Hubert et aux abords de celle-ci, affirme Judith Gratton-Gervais, chargée de communications pour Rosemont – La Petite-Patrie. Une fois ce portrait dressé, l’Arrondissement prendra connaissance des conclusions du rapport et des pistes d’intervention suggérées. Une évaluation des interventions et pratiques à mettre en place, de même qu’un plan d’action seront par la suite élaborés. »