Pénurie de main-d’œuvre : les régions courtisent les nouveaux arrivants de Montréal

Pénurie de main-d’œuvre : les régions courtisent les nouveaux arrivants de Montréal
Photo: GracieusetéPrès de 350 personnes étaient attendues à la Casa D’Italia pour se trouver un emploi.

Pour combattre la pénurie de la main-d’œuvre persistante en dehors de la région métropolitaine, les employeurs se tournent désormais vers les populations immigrantes du grand Montréal.

On attendait près de 350 personnes à la Casa d’Italia, rue Jean-Talon, jeudi avant-midi, pour une séance de « speed jobbing », soit des entrevues de quelques minutes avec de potentiels embaucheurs.

Avant même l’ouverture de cette cinquième édition de l’événement organisé par la Maisonnée, les candidats étaient déjà plusieurs dizaines à faire la queue à l’extérieur de la salle où seize employeurs québécois les attendaient.

« C’est une excellente formule pour briser l’isolement des chercheurs d’emploi immigrants. Ceux-ci ne savent pas toujours comment rejoindre les entreprises et ça leur donne un premier contact avec celles-ci », explique Nisrin Al Yahya, coordonnatrice des projets en employabilité pour la Maisonnée.

Selon cette dernière, l’appétit des compagnies pour de nouveaux talents est insatiable. « Les besoins sont très grands. Aujourd’hui, on a au moins un total de 50 profils d’emplois à combler. »

Pour Hélène Lepoudère, responsable du recrutement et de la régionalisation chez Olymel, il est difficile pour l’entreprise de trouver des travailleurs à l’extérieur de la région métropolitaine.

« On gratte vraiment les fonds de baril, car l’embauche locale est presque inexistante », souligne cette dernière.

D’après la recruteuse, Olymel doit dénicher la plupart de ses employés à Montréal et ses environs afin de regarnir les 3000 postes à combler chaque année dans ses 21 usines partout au Québec. Une importante proportion de ces nouveaux travailleurs provient de l’immigration, indique-t-elle.

Même son de cloche de la part d’Isabelle Sundara, conseillère en régionalisation pour Accueil Liaison pour Arrivants (Alpa), un organisme qui vient en aide aux immigrants.

« Il y a d’énormes besoins de main-d’œuvre dans les régions, car celles-ci se dévitalisent sans cesse. On entend même parler d’entreprises qui refusent des contrats parce qu’elles n’ont pas assez d’employés pour y répondre », affirme-t-elle.

La tendance semble confirmée par les statistiques. En 2018, l’emploi s’est accru de 30 200 postes à Montréal, tandis qu’il a baissé de 30 500 dans le reste de la province, selon le rapport « Bilan 2018 de l’emploi au Québec », monté par l’Institut du Québec. Le document fait part de l’émergence d’un important clivage entre la métropole et les régions en termes de postes à combler.

Fondé en 1979, l’organisme la Maisonnée offre des services collectifs et individuels en matière d’accueil et d’intégration socioprofessionnelle aux nouveaux arrivants.