Montréal
10:30 1 décembre 2020 | mise à jour le: 1 décembre 2020 à 16:40 temps de lecture: 5 minutes

Montréal perd sa responsable de la sécurité publique

Montréal perd sa responsable de la sécurité publique
Photo: Josie Desmarais | MétroLa conseillère municipale dans Villeray et responsable de la sécurité publique au comité exécutif, Rosannie Filato.

La Ville de Montréal perd aujourd’hui sa responsable de la sécurité publique au comité exécutif, alors même que le financement de la police soulève les passions.

La conseillère municipale du district de Villeray, Rosannie Filato, en a fait l’annonce mardi sur sa page Facebook, venant ainsi confirmer l’information rapportée ce matin dans La Presse. Elle quittera ainsi le poste de responsable de la sécurité publique au comité exécutif, qui l’a amenée à travailler avec le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) et le Service de sécurité incendie de Montréal depuis mars 2019.

L’élue de Projet Montréal justifie cette décision en soulignant qu’elle préfère se dédier uniquement à servir les résidents de son quartier jusqu’à la fin de son mandat, en novembre 2021. L’avocate syndicale en droit du travail, âgée de 33 ans, confirme par ailleurs qu’elle ne briguera pas un deuxième mandat en vue des prochaines élections municipales, en novembre 2021.

Mme Filato entend plutôt s’impliquer de nouveau dans «la représentation des travailleuses et des travailleurs dans le domaine de l’alimentation et du commerce de détail» au sein de la section locale 500 des TUAC Canada, où elle a milité avant de faire le saut en politique municipale, en 2017.

«Les différentes crises qui nous affligent actuellement font en sorte que trop de Québécoises et Québécois ont des conditions de travail et de vie très difficiles. D’ailleurs, la pandémie que nous traversons a amplifié les inégalités sociales et économiques déjà existantes», écrit-elle.

Une femme à la sécurité publique

Les Montréalais devraient d’ailleurs savoir dès mercredi qui remplacera Mme Filato à titre de responsable de la sécurité publique, alors qu’une séance du comité exécutif aura lieu en matinée. Ce sera de nouveau une femme qui sera en charge de ce dossier d’importance.

«Le dossier de la sécurité publique en est un de la plus haute importance et c’est pourquoi j’ai bien hâte que Valérie Plante vous annonce dès demain la collègue, une femme en qui j’ai pleinement confiance, à qui j’aurai l’honneur de passer le flambeau», indique Mme Filato. Cette dernière a d’ailleurs réitéré son appui à Projet Montréal. 

Le cabinet de Mme Plante n’a pas commenté. On assure toutefois à Métro que le départ de Mme Filato du comité exécutif est une «décision personnelle» de l’élue.

Rosannie Filato a occupé d’autres postes au comité exécutif avant le remaniement de mars 2019. Elle a notamment été responsable du dossier de la lutte à l’itinérance, un poste qu’occupe aujourd’hui Nathalie Goulet.

Financement de la police

Ce départ survient alors que le financement du SPVM soulève les passions, à l’hôtel de ville tout comme dans le milieu communautaire.

Le budget 2021 de la Ville prévoit une somme de 679,1 M$ pour la police de Montréal, en hausse de 14,6 M$ par rapport au dernier exercice financier. Or, de nombreux organismes communautaires réclament au contraire une réduction du budget du SPVM au profit d’organismes communautaires.

La semaine dernière, un groupe d’organismes membres de la Coalition pour le définancement de la police a d’ailleurs présenté un «budget alternatif» pour la Ville de Montréal. Celui-ci propose une réduction de 50% du financement du SPVM. Une demande qui s’inscrit dans le mouvement «defund the police», lancé aux États-Unis dans la foulée de la mort de George Floyd, le 25 mai.

À plusieurs reprises, Rosannie Filato a dû défendre la position de l’administration de Valérie Plante, qui s’est montrée ouverte à une réflexion en vue de revoir le financement du SPVM. La mairesse de Montréal a toutefois affirmé la semaine dernière qu’il serait «irresponsable» de diminuer le financement du SPVM en pleine pandémie.

Tensions internes

Rosannie Filato est par ailleurs conseillère municipale dans un arrondissement où des tensions internes ont cours depuis quelques années. En août 2018, la mairesse de Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension, Giuliana Fumagalli, a été exclue du caucus de Projet Montréal après avoir été la cible d’allégations de harcèlement à l’égard d’employés de l’arrondissement.

L’an dernier, Mme Filato et les trois autres conseillers municipaux de l’arrondissement ont d’ailleurs déposé des plaintes à la Commission municipale du Québec contre Mme Fumagalli après que le contrôleur général, Alain Bond, eut confirmé les allégations pesant contre la mairesse d’arrondissement.

Cette situation a généré un climat de vives tensions entre les conseillers d’arrondissement et Mme Fumagalli qui a cours depuis.

Articles similaires