National
17:08 24 octobre 2020 | mise à jour le: 24 octobre 2020 à 17:09 temps de lecture: 3 minutes

Une manifestation pour le «définancement» de la police à Montréal

Une manifestation pour le «définancement» de la police à Montréal
Photo: Pablo Ortiz /MétroManifestation contre le racisme et la brutalité policière le 7 juin 2020

Samedi, une manifestation appelant au «définancement» de la police ainsi qu’à la justice pour les victimes de bavures policières a eu lieu dans les rues de Montréal. Selon les organisateurs, quelques centaines de personnes se sont réunies pour l’événement.

Aux alentours de 13h, les manifestants se sont rassemblés au parc Sir-Wilfrid-Laurier pour ensuite marcher ensemble.

La manifestation était organisée par deux coalitions, soit la Coalition pour le définancement de la police et celle de la Justice pour les victimes de bavures policières.

La Coalition pour le définancement de la police inclut de nombreux organismes, dont Black Lives Matter Montreal, Native Harm Reduction, Climate Justice Montreal, le Conseil québécois LGBT, Hoodstock Montréal, le foyer pour femmes autochtones et la Fédération des Femmes du Québec, pour n’en nommer que quelques-uns.

Les deux coalitions derrière la manifestation déplorent le nombre de vies perdues en raison de la violence policière, qui continue de grimper.

«La police québécoise a pris la vie de ma mère, Gladys Tolley. Cet événement me permet d’honorer sa vie et en appeler à la justice, pas seulement pour elle, mais pour la liste sans fin des personnes tuées par la police et les familles et ami.e.s. qui les ont perdues.» -Bridget Tolley, membre fondatrice de Justice pour les victimes de bavures policières

Les organisateurs demandent que la violence policière, qu’elle cause la mort d’une personne ou qu’elle engendre des blessures, soit punie dans le futur.

Des demandes précises

La Coalition pour le définancement de la police a créé une liste, qui peut être consultée en ligne, avec 10 demandes bien précises. Les mots clés sont les suivants: «définancer», désarmer et démilitariser, décoloniser, réinvestir et décriminaliser.

«Ça n’a jamais été aussi clair que le système actuel ne fonctionne pas. Les gens sont prêts à avancer vers une nouvelle approche qui ne se fie pas à la police et qui ne traite pas les personnes comme étant jetables. Ça c’est l’avenir que la coalition oeuvre à créer.» Jessica Quijano, travailleuse communautaire avec le projet Iskweu et membre de la Coalition pour le définancement de la police

Ce n’est pas la première fois qu’une marche pour cette même cause se tient à Montréal cette année. En août dernier, une manifestation exigeant le «définancement» de la police avait eu lieu au centre-ville. Par ailleurs, la Coalition pour le définancement de la police s’était jointe à un groupe d’organismes lors d’une manifestation pour le climat en septembre dernier.

Articles similaires