Villeray – Parc Ex – Petite-Patrie
16:09 13 juillet 2016 | mise à jour le: 13 juillet 2016 à 16:09 Temps de lecture: 3 minutes

Des obstacles à la réussite scolaire dans Villeray

Des obstacles à la réussite scolaire dans Villeray
Photo: TC Media/Archives

Des parents dont les enfants fréquentent les écoles de Villeray contestent le dernier budget de certains établissements scolaires, une manière symbolique de demander une meilleure gestion de la surpopulation des écoles.

La surpopulation dans les écoles du quartier a atteint au cours des deux dernières années des niveaux critiques, affirment les parents inquiets.

Constatant la problématique grandissante, les présidents des conseils d’établissements de cinq écoles primaires du quartier ont co-signé une lettre demandant à la Commission scolaire de Montréal (CSDM) d’expliciter un «plan global» pour régler «une situation néfaste pour les enfants qui perdure depuis trop longtemps».

«Des solutions à la pièce, sans considérer le moyen et le long terme, ne sont pas susceptibles de favoriser [la stabilité des enfants], un élément essentiel à la réussite scolaire», écrivent-ils.

L’école primaire Marie-Favery (remplie à 118%) a dû supprimer l’entièreté de ses locaux destinés aux spécialistes. Depuis l’an dernier, l’établissement scolaire ne compte ni bibliothèque, ni locaux d’anglais, d’arts plastiques, d’informatique, de musique et de service de garde. Même la superficie du gymnase a été diminuée pour permettre du rangement.

C’est chose courante dans le quartier Villeray, puisque toutes les écoles primaires affichaient pour cette même période un taux d’occupation dépassant le 100%.

«Dans notre école, on manque tellement de locaux que ma fille en maternelle passe toutes ses heures de cours, de diner et de pause dans le même local. Vous n’avez pas idée de la saleté», martèle Anne Dongois, dont la fille fréquente l’école Sainte-Cécile.

La problématique de la surpopulation amène aussi la CSDM à déplacer des élèves en début d’année, ce qui contrevient à leur bonne réussite, estime le président du conseil d’établissement de l’école Saint-Gérard, Philippe Bussière.

«Quand tu fais ton réaménagement en regardant les chiffres, ce n’est pas grave tu bouges les enfants, mais des fois en prenant des décisions purement mathématiques ou purement économiques ça ne fait pas de sens», affirme-t-il. Il espère une meilleure organisation de la CSDM.

D’ici 2019, 247 élèves pourraient s’ajouter dans les écoles de Villeray, selon des prévisions préliminaires effectuées par la CSDM.

Plusieurs secteurs touchés
La présidente de la CSDM Catherine Harel-Bourdon reconnaît la problématique, tout en faisant remarquer que le quartier Villeray n’est pas le plus touché par le baby-boom des années 2000.

La présidente fait savoir que chaque année, la commission scolaire prépare des demandes d’agrandissement au ministère en prévision d’une augmentation de population dans certains secteurs.

«La CSDM est tributaire des autorisations du ministre et ça prend entre trois et quatre ans avant de pouvoir agrandir une école», affirme Mme Harel-Bourdon.

Pour la prochaine année, les écoles pour lesquelles la CSDM a demandé en priorité des agrandissements au ministère de l’Éducation sont situées dans Rosemont–La Petite-Patrie, Ahuntsic-Cartierville et le Sud-Ouest.

Quelques projets d’agrandissement sont déjà lancés dans le quartier Villeray, rappelle la CSDM.

L’agrandissement de l’école Saint-Grégoire le Grand permettra l’ajout de sept classes et la reconstruction de l’école Saint-Gérard, 10 classes, deux chantiers devant être livrés en 2017. La CSDM étudie également la possibilité d’agrandir l’école Saint-Gabriel-Lalemant annexe.

 

Articles similaires