Monde

L’ONU tiendra une réunion ministérielle sur la Corée du Nord

L’ONU tiendra une réunion ministérielle sur la Corée du Nord
Photo: The Associated PressA man watches a TV screen showing what the North Korean government calls the Hwasong-15 intercontinental ballistic missile, at the Seoul Railway Station in Seoul, South Korea, Thursday, Nov. 30, 2017. Just when South Korea thought it was finally creating a buzz for February's Winter Olympics, North Korea fires up its most powerful missile yet and re-ignites concerns over the games at a small mountain town just south of the tense border between the rivals. The signs read "Launched Hwasong-15 missile." (AP Photo/Ahn Young-joon)

Le Japon a annoncé qu’il accueillera une réunion ministérielle du Conseil de sécurité des Nations unies, le 15 décembre, pour trouver des moyens pacifiques pour faire pression sur la Corée du Nord afin que le pays cesse ses tirs de missiles balistiques et mette un frein à son programme d’armement nucléaire.

L’ambassadeur du Japon aux Nations unies, Koro Bessho, a déclaré que malgré les sanctions «très sévères» déjà imposées par le Conseil de sécurité, d’autres actions devaient être entreprises.

M. Bessho, qui est le président du Conseil de sécurité ce mois-ci, a déclaré que les membres discutaient présentement d’une «mesure», sans préciser s’il s’agit d’une déclaration ou d’une résolution.

Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, devrait s’adresser au Conseil lors de cette rencontre. Des représentants des États-Unis ont ajouté que le secrétaire d’État américain, Rex Tillerson, devrait assister à la réunion ministérielle.

M. Bessho a indiqué que le ministre japonais des Affaires étrangères, Taro Kono, présidera la réunion.

Les 15 membres du Conseil de sécurité ont fermement condamné, mardi, le dernier et plus puissant tir de missile balistique intercontinental lancé par la Corée du Nord.

Selon le ministère sud-coréen de la Défense, ce dernier tir de missile pourrait être capable de parcourir 13 000 kilomètres, ce qui signifie qu’il pourrait atteindre Washington.

L’ambassadrice américaine aux Nations unies, Nikki Haley, a déclaré lors d’une réunion d’urgence, mercredi, que la communauté internationale se rapproche d’une guerre que les États-Unis ne désirent pas.

Mme Haley avait ajouté qu’advenant une guerre, le régime de la Corée du Nord serait «grandement détruit».

Ces propos avaient suscité des réactions, notamment de la part des diplomates russes.

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergey Lavrov, avait dit avoir «l’impression depuis deux mois, que quelqu’un à Washington veut provoquer de nouvelles actions» de la part de la République populaire démocratique de Corée.

Questionné sur les déclarations de Nikki Haley, M. Bessho s’est dit convaincu que la représentante américaine voulait certainement envoyer un message «à différentes parties».

Le Japon étant le seul pays à avoir subi une attaque nucléaire au cours de la Seconde Guerre mondiale, M. Bessho a déclaré que son pays est persuadé que le programme nucléaire de la Corée du Nord doit s’arrêter.