Monde

Migrants clandestins: le Mexique assure que les États-Unis sont disposés au dialogue

Migrants clandestins: le Mexique assure que les États-Unis sont disposés au dialogue
Photo: La Presse canadienne/AP, Rebecca BlackwellDes migrants agitent les drapeaux hondurien et mexicain dans la ville d'Arriaga, au Mexique.

Le président mexicain Andres Manuel Lopez Obrador a assuré samedi que les États-Unis étaient disposés au «dialogue», après l’annonce par le président Donald Trump de taxes douanières pour forcer Mexico à agir contre les migrants clandestins.

«Il y a une disponibilité de la part des responsables du gouvernement américain pour ouvrir un dialogue et parvenir à des accords», a déclaré le président lors d’une conférence de presse.

«Il est dans l’intérêt de tous qu’il y ait un arrangement, que ces mesures ne soient pas appliquées», a-t-il encore dit.

En matière de lutte contre l’immigration clandestine vers les États-Unis, M. Lopez Obrador assure que son pays «fait tout ce qui lui incombe, mais il faut tenir compte du fait qu’il s’agit d’un flux migratoire inédit».

Donald Trump a annoncé jeudi que les États-Unis allaient mettre en place à partir du 10 juin «des tarifs douaniers de 5% sur tous les biens en provenance du Mexique» afin de forcer ce pays à remédier à la forte hausse des arrivées de migrants venus d’Amérique centrale.

Ces droits de douane augmenteront progressivement jusqu’à 25% «tant que le problème de l’immigration clandestine n’est pas résolu», a prévenu M. Trump.

Depuis octobre, des dizaines de milliers de Centraméricains – venus du Honduras, du Guatemala et du Salvador principalement – traversent le Mexique dans l’espoir de se rendre aux États-Unis, parfois en groupes.

Entre janvier et avril, les autorités mexicaines ont interpellé plus de 51 000 migrants, soit une hausse de 17% par rapport à la même période en 2018, selon des chiffres officiels.

M. Lopez Obrador a rappelé samedi que se réuniraient mercredi à Washington des délégations du Mexique et des États-Unis pour aborder cette question, et que des contacts avaient déjà eu lieu avec le gendre et conseiller de M. Trump, Jared Kushner, ainsi qu’avec le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo.

«Les résultats seront positifs parce qu’il y a un environnement favorable au dialogue aussi bien dans notre pays qu’aux États-Unis», a insisté le président mexicain.

Dans la foulée des déclarations de M. Trump, Andres Manuel Lopez Obrador avait appelé au dialogue, indiquant ne pas vouloir d’une «confrontation».

 

Agence France-Presse