Monde

Kagame: les pays africains «doivent travailler ensemble» contre le terrorisme

Kagame: les pays africains «doivent travailler ensemble» contre le terrorisme
Photo: Chip Somodevilla/Getty ImagesLe président du Rwanda, Paul Kagame.

Les pays africains « doivent travailler ensemble » pour lutter contre le terrorisme pour parvenir à mettre fin aux menaces sécuritaires pesant sur le continent, a déclaré lundi à Libreville le président rwandais Paul Kagame.

« Nous ne réussirons pas à mettre fin (aux problèmes sécuritaires) sur le continent tant que nous (les pays africains) ne travaillerons pas ensemble », a-t-il dit en réponse à une question sur la lutte contre le terrorisme.

Cette coopération est « nécessaire », car « certains problèmes traversent les frontières, ils ne sont pas confinés à une zone ou à un pays », a ajouté M. Kagame lors d’une conférence de presse en anglais à l’issue d’une rencontre avec le chef de l’État gabonais Ali Bongo Ondimba.

En outre, le président rwandais a insisté sur une résolution africaine des problèmes africains.

Des aides « venues de l’extérieur du continent (…) peuvent parfois compliquer encore plus les problèmes », a-t-il souligné. « La meilleure façon » de résoudre les problèmes « est de travailler avec les pays africains et des institutions comme l’Union africaine (…) et de venir ensuite les aider dans leurs initiatives ».

Le continent africain fait face à plusieurs menaces venant notamment de groupes jihadistes opérant dans les pays du Sahel et dans la corne de l’Afrique.

Le président rwandais a assuré la présidence tournante de l’UA en 2018, avant de céder sa place à l’Égypte en février dernier.

  • Paul Kagame est l’homme fort du Rwanda depuis que le Front patriotique rwandais a renversé en juillet 1994 le gouvernement extrémiste hutu ayant déclenché un génocide qui a fait 800 000 morts entre avril et juillet 1994, essentiellement parmi la minorité tutsi.
  • Il est crédité du spectaculaire développement, principalement économique, d’un pays exsangue au sortir du génocide. Mais il est aussi accusé de bafouer la liberté d’expression et de réprimer toute opposition.