Monde
19:54 13 novembre 2019

Aux États-Unis, un mystérieux lecteur cache les livres critiquant Trump

Aux États-Unis, un mystérieux lecteur cache les livres critiquant Trump
Photo: Justin Sullivan/Getty ImagesLe livre le plus visé par ce mystérieux protestataire conservateur est Le feu et la fureur, de Michael Wolff.

Livres à charge contre le président Donald Trump, pour le contrôle des armes ou sur l’homosexualité: un grincheux anonyme prend depuis plus d’un an un malin plaisir à dissimuler dans les rayons d’une bibliothèque publique de l’Idaho (nord-ouest des États-Unis) les ouvrages qui lui déplaisent pour empêcher les autres lecteurs d’y accéder.

«C’est de la censure, pure et simple», s’indigne la directrice de la bibliothèque de Coeur d’Alene, Bette Ammon, dans la presse locale.

Le ou les responsables de ces faits ont pris l’habitude de prendre certains livres, portant généralement sur des sujets politiques ou de société, dans les rayons de la bibliothèque pour les cacher derrière des rangées d’autres ouvrages dans les rayons ou les placer à la fin de la section «fictions».

Il s’écoule parfois des semaines sinon des mois avant que les employés ne remettent la main sur les livres manquants, déplore Mme Ammon dans les médias américains qui se sont passionnés pour cette affaire.

Le livre le plus visé par ce mystérieux protestataire conservateur est Le feu et la fureur, de Michael Wolff, qui brosse un tableau apocalyptique de la Maison-Blanche sous l’ère Trump. «Celui-ci a été déplacé je ne sais combien de fois», explique Mme Ammon, pour qui il s’agit d’actes de malveillance délibérés.

Pour preuve, elle cite ce mot laissé dans la boîte à commentaires de la bibliothèque en août 2018, peu après le début des faits.

«J’ai remarqué un grand nombre de volumes qui attaquent notre Président», écrit l’auteur du mot. «Je vais continuer à cacher ces livres dans les endroits les plus obscurs que je puisse trouver pour maintenir cette propagande loin des mains des jeunes esprits (sic). Votre angoisse libérale me procure un grand plaisir», affirme le texte.

«C’est infantile. C’est un réel gaspillage de temps et ça n’atteint pas le but recherché», estime la directrice.

À force d’acheter des livres pour remplacer ceux portés manquants, la bibliothèque de Coeur d’Alene dispose ainsi de trois exemplaires du Feu et la Fureur au lieu d’un seul.