Monde
14:00 29 mai 2020 | mise à jour le: 29 mai 2020 à 14:19 temps de lecture: 6 minutes

Coronavirus: l’Europe rouvre ses frontières, inquiétudes en Russie et aux États-Unis

Coronavirus: l’Europe rouvre ses frontières, inquiétudes en Russie et aux États-Unis
Photo: Jeff J Mitchell/Getty ImagesDes marcheurs passent à côté d'un graffiti à Glasgow en Écosse le 27 mai 2020.

Le bilan des décès dûs au coronavirus s’alourdit en Russie et sur le continent américain tandis que l’Europe poursuit son déconfinement, plusieurs pays rouvrant leurs frontières ou assouplissant les restrictions.

De son côté, l’Asie connaît un regain d’inquiétude, notamment en Corée du Sud.

Et la mort en Suisse d’un nourrisson, décédé de la maladie, pour la première fois depuis le début de l’épidémie, est venue rappeler la persistance du danger. Le bébé avait été contaminé à l’étranger, a indiqué vendredi le ministère suisse de la Santé.

Le bilan mondial du Coronavirus à plus de 360 000 morts

En cinq mois, depuis son apparition déclarée fin décembre à Wuhan (Chine), le coronavirus a tué 360 419 personnes et en a contaminé plus de 5,8 millions selon des chiffres officiels sans doute en-deçà de la réalité.

La Russie a enregistré un nouveau record quotidien de décès (232), portant le total à 4374 morts et à 387 623 cas, ce dernier chiffre faisant d’elle le troisième pays au monde le plus touché pour le nombre de contaminations derrière les États-Unis et le Brésil. Selon les données publiées vendredi, la progression de l’épidémie semble stabilisée, avec 8572 nouveaux cas en 24 heures, un niveau stable depuis une dizaine de jours.

Principal foyer épidémique russe, Moscou, qui prévoit d’assouplir le confinement à partir de lundi, a révisé ses données d’avril pour répondre à des soupçons de manipulation statistique, portant à 1561 le nombre de morts dans la capitale.

L’Europe, durement frappée avec plus de 176 000 décès et 2,1 millions de cas, continue son déconfinement, après avoir vu ralentir la propagation du virus.

Le Danemark a annoncé vendredi qu’il rouvrirait le 15 juin ses frontières aux ressortissants allemands, norvégiens et islandais.

La Grèce a annoncé qu’elle allait ouvrir ses aéroports d’Athènes et de Thessalonique (nord) aux touristes venant de 29 pays à partir du 15 juin, date du début de la saison touristique.

C’est aussi à partir du 15 juin que le port du masque cessera d’être obligatoire dans les magasins en Autriche.

Mais les frontières extérieures de l’Union européenne restent fermées. Et ses frontières intérieures rouvrent dans le désordre, contrariant les amours des couples internationaux non mariés. «C’est vraiment dur de ne pouvoir ressentir physiquement aucune intimité, même pouvoir simplement s’embrasser», confie à l’AFP Melinda Schneider, une Canadienne de 26 ans qui n’a pas vu son ami danois depuis plus de quatre mois.

L’Europe se remet au foot

La Turquie rouvre partiellement ses mosquées vendredi et l’Autriche, avec moult précautions, ses hôtels et infrastructures touristiques. À Vienne, les hôtels d’habitude prisés entre mars et juin par des voyageurs d’affaires s’attendent à un remplissage de seulement 5 à 10% en juin, largement sous le seuil de rentabilité de 77%, selon la chambre de commerce de la capitale.

Écoles et commerces britanniques pourront rouvrir à partir de lundi mais il faudra attendre le 8 juin pour les cabinets dentaires. En attendant, certains achètent des kits sur internet pour soigner leurs dents: «c’est facile à utiliser et ça ne fait pas trop peur», dit Susie à Salisbury (Sud).

Musées, parcs, cafés et restaurants français rouvriront mardi – seulement en terrasse à Paris -, et ce sera aussi la fin de l’interdiction d’aller à plus de 100 km de chez soi. Le grand magasin parisien des Galeries Lafayette rouvre dès samedi, avec masques et distances de sécurité de rigueur.

Le coronavirus infeste aussi l’économie. En Italie et en France -qui entre en récession-, le Produit intérieur brut chute de 5,3% au premier trimestre par rapport au précédent, et de 2,9% en Autriche.

Le coronavirus nuit aussi à l’information. Des doutes se font jour sur la véracité des chiffres, par exemple en Lombardie, région d’Italie la plus touchée et soupçonnée de vouloir éviter un retour au confinement. Le conspirationnisme prospère, ses tenants s’en prenant au respecté virologue allemand Christian Drosten, cible de la colère contre les restrictions liées à la pandémie au point d’être menacé de mort.

L’Europe se remet à jouer au football -sauf en France. Après l’Allemagne mi-mai et l’Espagne, l’Angleterre et l’Italie ont annoncé à leur tour jeudi la reprise en juin de leurs championnats. Pour la Premier League, le plus suivi au monde, ce sera le 17 juin, peu après la Liga espagnole (semaine du 8 juin) et juste avant l’Italie (20 juin).

Propagation rapide sur le continent américain

Sur le continent américain, le coronavirus se propage toujours rapidement avec de nouveau plus de 1000 décès en 24 heures tant aux États-Unis qu’au Brésil.

Les États-Unis, qui ont franchi la barre des 100 000 décès, restent de loin le pays le plus touché en nombre de cas (plus de 1,7 million) comme de décès (101 621 dont 1297 jeudi).

New York est la ville la plus touchée au monde mais la capitale Washington, relativement épargnée, amorce vendredi une levée de restrictions.

Le Brésil a déploré jeudi, pour la sixième fois d’affilée, plus de 1000 morts en 24H -26 754 au total-avec un record quotidien de contaminations (26 417) soit près de 440 000 au total. Les chiffres réels pourraient être quinze fois pires, selon des scientifiques.

Le Chili et le Pérou ont enregistré jeudi soir de nouveaux records nationaux, le premier en termes de décès (49), le second de contaminations (5874).

Certains s’en sortent mieux, comme la Bolivie qui annonce un assouplissement du confinement à partir de lundi.

Au Proche-Orient, l’Iran qui a assoupli ses restrictions depuis mi-avril, avertit d’une détérioration dans certaines régions et affiche la plus forte hausse quotidienne des cas en près de deux mois (2819 pour un total de 146 668).

Alertes en Asie

L’Asie, première frappée et qui semblait en voie d’être débarrassé du virus, connaît deux alertes.

La Corée du Sud, souvent citée en exemple pour avoir jugulé la maladie, a rétabli des restrictions alors qu’elle commençait à retrouver une vie normale après avoir été en février le deuxième pays le plus touché après la Chine.

Après une flambée de cas jeudi, parcs et musées sont fermés pour deux semaines et le nombre d’élèves accueillis dans la métropole de Séoul est réduit.

Le Sri Lanka va réactiver dimanche des mesures ciblées de confinement, après sa plus forte hausse quotidienne de cas, pour la plupart des Sri Lankais revenant du Koweït et des marins d’une base près de Colombo.

Articles similaires