Carrières

Les premiers techniciens en IA formés ce printemps

Les premiers techniciens en IA formés ce printemps
Photo by: Getty ImagesShot of a group of university students working on computers in the library at campus

«L’intelligence artificielle (IA), c’est comme l’informatique au siècle dernier: elle sera bientôt omniprésente dans tous les domaines», déclare Halia Ferhat, conseillère pédagogique responsable des programmes informatiques au Collège de Bois-de-Boulogne (BdeB).

«C’est l’avenir de l’humanité, donc elle ne restera pas exclusivement du ressort de la recherche universitaire, continue-t-elle. C’est pourquoi nous allons former les premiers techniciens en IA au Québec.»

En concertation avec le Cégep de Sainte-Foy, l’établissement montréalais a développé une attestation d’études collégiales (AEC) intitulée Spécialisation technique en intelligence artificielle.

Pendant 10 mois, les étudiants se pencheront sur différentes approches de l’apprentissage machine. Ils apprendront comment collecter l’information, la nettoyer, puis préparer sa mise en production. «Nous aborderons aussi les enjeux éthiques et légaux de l’AI», précise Nesrine Zemirli, enseignante en informatique à la formation continue de BdeB et spécialiste de l’IA. Le programme se conclura par un projet d’intégration en groupe et un court stage en entreprise.

«C’est un domaine qui se transforme chaque jour, donc les postes sont en émergence, note Mme Zemirli. Ça touche tout ce qui est développement, gestion et manipulation des données, mise en place et implémentation d’algorithmes…» Les secteurs d’activités «matures» vont de la fintech à la robotique, en passant par la santé et les jeux vidéo.

«Notre formation vise des individus qui ont déjà un bon bagage en informatique et qui souhaitent se perfectionner afin de contribuer au développement de produits, de services et de solutions en IA appliquée», résume Simon Delamarre, directeur de la formation continue et des services aux entreprises de BdeB. Domaine oblige, les étudiants devront également démontrer une bonne maîtrise de l’anglais.

La première cohorte de 25 à 30 étudiants commencera ses cours le 18 février. «Le programme est très populaire, donc nous ouvrirons peut-être une autre cohorte au printemps», affirme M. Delamarre en révélant que BdeB et le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur «sont en train d’évaluer la pertinence de développer un diplôme d’études collégiales de trois ans en IA».

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires