Techno

La Suède avalise une loi sur l'espionnage électronique

Après un débat vigoureux, le parlement suédois
a finalement avalisé son controversé projet de loi qui permettra aux
policiers d’effectuer de l’espionnage électronique contre certains
suspects sans avoir à demander de mandat aux tribunaux.

La
nouvelle loi, qui est est passée avec une faible majorité, concerne
cependant uniquement les courriels, les appels téléphoniques et les
messages envoyés par télécopieur qui sont destinés à l’étranger ou qui
en proviennent.

Les principaux critiques de la législation souligne qu’elle
représente une menace aux libertés individuelles et qu’elle constitue
l’autorisation la plus radicale d’espionnage électronique en Europe.

D’autres adversaires de cette loi affirment qu’il sera impossible
dans plusieurs cas de déterminer exactement quelles communications sont
destinées à l’étranger de celles qui sont locales.

Anders Eriksson, un ancien dirigeant des services secrets suédois, a
déclaré à la radio que des portions de la loi doivent être modifiées
afin d’assurer que les libertés individuelles soient respectées.

« En introduisant cette mesure, le gouvernement suédois suit les
traces de ceux de la Chine, d’Arabie saoudite et des États-Unis », a de
son côté indiqué Peter Fleischer, avocat et conseiller général en
matière de vie privée chez Google, lors d’un entretien avec la BBC.

Ceux qui soutiennent la nouvelle loi arguent que des mesures de la
sorte sont nécessaires afin d’assurer la sécurité nationale du pays
scandinave.

Mentionnons que la Suède adopte depuis peu une approche plus sévère
en ce qui concerne l’utilisation d’Internet. En mars dernier, le
gouvernement suédois a proposé un autre projet de loi pour permettre
aux tribunaux de forcer les fournisseurs d’accès Internet à identifier
les pirates qui téléchargent illégalement de la musique, des films et
des logiciels dans les réseaux Peer-to-peer.

Articles récents du même sujet