Techno

Microsoft accusée de plagier le canadien Plurk, encore la faute d'un sous-traitant…

En réponse à l’accusation de
plagiat venant de son concurrent canadien Plurk dont les services sont
offerts à Taiwan, Microsoft a tout simplement demandé hier soir à MSN
China de retirer indéfiniment son service bêta de microblogue Juku,
lancé sur le Web en Chine il y a deux semaines.

L’entreprise canadienne Plurk, offrant l’un
des services de microblogue les plus populaires à Taiwan, reproche à
Microsoft d’avoir copié environ 80 % de son code source et certains
éléments de son interface pour développer le système MSN Juku.

«Ce n’est vraiment pas cool, spécialement venant de la part de l’une
des plus grosses entreprises de logiciel au monde», indique Plurk sur
son blogue.

Ce
sont des blogueurs et des utilisateurs taïwanais qui ont signalé les
similitudes du service Juku de Microsoft (photo en haut), à Plurk (photo du bas).

Confirmant qu’il y avait bien eu plagiat, Microsoft
se dit «très déçue» et affirme qu’elle assume l’entière responsabilité
de la situation, tout en se confondant en excuses auprès de la
canadienne Plurk. Cependant, Microsoft rejette encore la faute sur un
sous-traitant, cette fois-ci chinois. En effet, l’application n’aurait
pas été développée directement par Microsoft, mais par un développeur
tiers chinois.

Ceci n’est pas sans rappeler une autre accusation de plagiat relatif à son utilitaire Windows 7 Download Tool.
Microsoft avait aussi admis le plagiat, mais en affirmant qu’un
développeur indépendant avait injecté du code open source GLP v2 sans
joindre la publication des modifications, ce qui lui a valu l’accusation d’en avoir violé la licence libre.

Plurk évalue toujours si des actions intentées contre Microsoft devant la justice feront partie de leurs plans.

Lire aussi: Microsoft accusée de plagiat

Articles récents du même sujet