Le Sportnographe
21:11 26 juillet 2012 | mise à jour le: 26 juillet 2012 à 21:11

À Londres, on fait comme les Nord-Coréens

À Londres, on fait  comme les Nord-Coréens
Photo: Stanley Chou

Pour les amateurs de sport (c.-à-d. Canadien), l’été peut parfois être très cruel.

Particulièrement en cette année 2012 où le marché du joueur autonome ne nous a donné que très peu de bouchées à se mettre en dedans et où un lock-out automnal semble inévitable. Pas de hockey cette année? Paraît-il que ça se peut. Le monde est rendu là, mesdames messieurs.

Heureusement – et c’est là la grande consolation –, il existe tous les deux ans un événement qu’on appelle les Jeux Olympiques Marque Enregistrée qui regroupe tous les pays du monde dans une panoplie de compétitions qui sont susceptibles de divertir l’amateur de Canadien en vous. En attendant les vraies affaires, évidemment.

Seul problème à ce baume bien temporaire, Canada, con­trairement à Canadien, n’est pas reconnu comme une nation passionnée d’excellence au chapitre de la récolte de médailles. Au contraire, Canada fait souvent piètre figure aux côtés des États-Unis d’Amérique et autres pays producteurs de médailles.

[pullquote]

Sachant tout cela, la question qui vient en tête des sportifs de salon mérite donc d’être posée : est-ce que ça vaut vraiment la peine de regarder les Olympiques si Canada est pour ne pas gagner une seule médaille à part dans des sports plates tel «le saut dans la piscine en même temps que le voisin»?

Une solution à court terme

En début de tournoi, les organisateurs des Jeux ont commis une bourde insensée : ils ont affiché le mauvais drapeau dans un match de soccer féminin, confondant celui de la Corée du Sud avec celui de la Corée du Nord. Résultat, la Corée du Nord a remporté la partie malgré l’imbroglio.

Pour Canada, la solution est claire : proposons aux organisateurs de se tromper de drapeau dans chaque compétition en le remplaçant par le drapeau d’un pays dominant. Ainsi, l’équipe adverse croira qu’elle affronte une super puissance, ce qui donnera un avantage psychologique certain à l’équipe canadienne. Et voilà. Ça va faire 100 $.