Sports

Quelques devoirs avant la finale de l’Est

Le béton du Stade olympique vibrera le 18 novembre prochain.

Oui, les Alouettes sont de nouveau champions de leur division et sûrs de jouer la demi-finale de la LCF à Montréal. Une chose n’est toutefois pas encore assurée : les voir arriver prêts pour ce match sans lendemain. Voici trois facteurs à respecter pour y parvenir.

Limiter les bobos
Éviter les blessures lorsque les matchs n’ont plus d’enjeu pour le classement final est un paradigme du football qu’on n’est pas près de remettre en question. Un principe que se devront de respecter les Oiseaux, dont l’infirmerie est actuellement plus bondée qu’un magasin d’électronique le matin du Boxing Day.

Encore le week-end
dernier, d’autres joueurs d’impacts ont conclu la rencontre amochés. Même la légendaire profondeur des Alouettes a ses limites. À force de tirer sur l’élastique, il finira par céder. Non?

Ne pas (trop) reposer les joueurs
Oui, cela peut sembler contradictoire avec le point précédent, mais je m’explique. Les Alouettes n’ont pas encore assez bien joué pour se payer le luxe de reposer tous leurs joueurs vedettes. Les hommes de Marc Trestman commencent tout juste à prendre leur rythme et à gagner en confiance! Ce n’est pas en regardant les prochaines parties depuis les lignes de côté que les meilleurs éléments de l’équipe entameront les séries avec confiance et à un haut niveau d’exécution.

Ce sera aux entraîneurs de trouver l’équilibre entre le repos à accorder à leur troupe et la nécessité de développer le maximum de chimie entre eux avant le match décisif.

Jouer de façon intelligente
Je fais évidemment référence au geste disgracieux qu’a posé le secondeur Shea Emry samedi dernier contre les Roughriders de la Saskatchewan. Un incident qui aura des répercussions sur sa fin de saison.

Les taloches aux parties intimes d’un adversaire ou toute autre manifestation du genre, on ne veut plus en voir dans les prochaines semaines. La dernière chose que tu souhaites en amorçant les éliminatoires, c’est d’avoir un joueur suspendu, mais surtout une source de distraction pour tout l’entourage de l’équipe.