Sports

Tebow (et le petit Jésus) à Montréal?

Le monde du sport est friand de ces nouvelles qui n’en sont pas mais qui alimentent toutes sortes de spéculations et font vendre de la copie. Cette semaine, on a justement appris que Tim Tebow, le célèbre quart-arrière de la «Ligne» Nationale de Football, était sur la liste de négociations des Alouettes de Montréal. Qu’est-ce que ça veut dire? Rien. Simplement que Tebow est sur une liste de 35 joueurs que les Alouettes pourraient peut-être contacter si Anthony Calvillo prenait sa retraite. Tebow n’a même jamais parlé aux dirigeants des Moineaux.

Non-nouvelle
Grâce au lockout dans la LNH qui diminue drastiquement les sujets de chronique, il est toutefois possible, voire nécessaire, de faire fi de l’absurdité de la chose pour se pencher sur cette non-nouvelle.

[pullquote]

La venue de Tim Tebow à Montréal serait assurément une bénédiction pour les amateurs de sport. D’abord, avant d’être joueur de football, Tebow est le fan numéro un du petit Jésus. Il commence d’ailleurs souvent ses entrevues d’après-match en remerciant le Seigneur et Jésus Christ notre Sauveur, ce qui, il faut l’avouer, ferait changement des sempiternels «on a donné notre 110%». L’important, c’est que le Seigneur donne son 110, et ça, Tebow l’a compris.

D’ailleurs, le mégalomaniaque maire de Saguenay, Jean Tremblay, a récemment déclaré que les causes de la corruption à Montréal et à Laval étaient liées au recul de la foi dans la métropole québécoise. Tebow, avec une couple de passes miraculeuses dont il donnerait le crédit à Dieu pourrait sans doute aider nos élus à la moralité un peu trop lousse.

Du bord du Seigneur
Enfin, Canadien nous a habitué à des joueurs qui avaient l’air vraiment bon, mais qui ne finissaient pas par répondre aux attentes. Des joueurs en forme de feux d’artifice : deux trois pirouettes et ça s’éteint avant d’arriver au net.

Or Tim Tebow est précisément le contraire. Tous les observateurs le trouvent mauvais, mais il finit par remporter des matchs. Son arrivée avec les Alouettes serait une excellente nouvelle pour la formation montréalaise et pour les Montréalais en général, eux qui ont bien besoin de petits miracles. Toujours pratique d’avoir le Seigneur de son bord. God bless les Alouettes.

Articles récents du même sujet