Le footeur

Impact: les jeunes s’imposent (malgré tout)

Impact: les jeunes s’imposent (malgré tout)

Une vingtaine de joueurs formés au club ont signé des contrats professionnels au cours des dernières années, mais cette saison, grâce notamment aux performances convaincantes de Mathieu Choinière et de Clément Bahiya, l’Impact semble avoir franchi un palier important dans l’intégration d’Académiciens à la première équipe.

Photo: Graham Hughes/La Presse canadienne

Un fait d’armes d’autant plus remarquable que le onze montréalais ne compte pas d’équipe réserve depuis la dissolution du FC Montréal, à la fin de 2016, et que le saut direct des U-19 au «grand club» en est un aussi périlleux qu’improbable.

«Dans mon esprit, il ne s’agit pas de «jeunes joueurs», ce sont les meilleurs joueurs qui peuvent aider l’équipe à ce moment-là du match, expliquait Rémi Garde hier. Ce sont des situations qui doivent les faire grandir, c’est  beaucoup de responsabilités, mais je ne suis pas un kamikaze : je les vois à l’entraînement, je connais bien leurs personnalités, leurs qualités, les points qu’ils ont à améliorer et je suis très content que ça se passe comme ça pour eux.»

Si une très grande part du crédit pour ces récentes percées revient à Philippe Eullaffroy et à son équipe de formateurs et formatrices à l’Académie, le rôle de Garde n’en demeure pas moins crucial, à une étape aussi charnière que la «finition» de ces nouveaux professionnels. Ses qualités de pédagogue sont d’ailleurs une des principales raisons pour lesquelles Joey Saputo a misé sur sa venue. Fait qui rend l’abolition de l’équipe réserve d’autant plus incompréhensible, que ce soit d’un point de vue sportif ou financier.

Dans une business où les résultats font foi de tout et où la logique du court terme est trop souvent privilégiée au détriment des projets et de la vision, le fait de pouvoir compter sur un entraîneur capable de faire éclore des jeunes talents est un atout incommensurable, et plus particulièrement si on tient compte du contexte de plafond salarial comme celui de la MLS. 

Il est donc impératif que l’état-major réalise, plus tôt que tard, que les investissements dans les structures de formation ne sont pas de la philanthropie, mais bien des placements dont les rendements sont la plupart du temps concrets lorsque les choses sont bien faites.

À cet effet, l’Impact est entre de très bonnes mains avec Garde, Eullaffroy et le nouveau directeur des opérations soccer, Patrick Leduc. Ne reste plus qu’à rebâtir ce pont vital entre l’Académie et la première équipe pour que la structure de formation soit enfin complète et nous livre de plus en plus de produits locaux de choix.

Omar Browne est Bleu-blanc-noir

L’Impact a officialisé mardi l’acquisition de l’attaquant panaméen Omar Browne. Le joueur de 24 ans arrive à Montréal en provenance du Club Atlético Independiente de La Chorrera, moyennant un prêt de six mois, avec option d’achat.

Rémi Garde s’est montré très enthousiaste quant à l’arrivée de Browne, qui pourrait selon lui apporter une nouvelle dimension à son attaque.

«Ce qui est très intéressant avec Omar, et c’est ce que je recherchais, c’est qu’il est un joueur offensif gaucher, qui peut aussi jouer à droite, en faux-pied, et, selon les défenses que l’on affronte, ça donne des possibilités différentes. Nous allons le découvrir et tout faire pour le mettre à l’aise le plus rapidement possible.»

L’Impact est toujours en attente du permis de travail de Browne, il est donc possible que son nouveau membre ne soit pas disponible ce samedi, à Philadelphie.