Soutenez

Six souhaits au CF Montréal

Samuel Piette sera de retour avec le CF Montréal l'an prochain. Photo: Clément Bolano / Métro Média

Les derniers mois ont été rocambolesques pour l’organisation du CF Montréal. Après avoir effectué un changement de marque, banni les «Ultras» de la section 132, le CFM a dévoilé en mai dernier le nouveau logo officiel du club. Entre temps, sur la pelouse, le Bleu-blanc-noir a enchaîné les victoires et fait rêver les amateurs de soccer montréalais.

Au point que jamais l’Impact ou le CFM n’avait accumulé autant de points au classement en MLS. Dans cette saison historique, Montréal a récolté un total de 65 points, terminant ainsi au deuxième rang de l’Association de l’Est.

Toutefois, quelques embûches semblent s’être dressées sur le chemin de Gabriel Gervais et d’Olivier Renard dans les dernières semaines. Wilfried Nancy a quitté. Djordje Mihailovic, Alistair Johnston et Ismaël Koné aussi. Le départ de Victor Wanyama semble être inévitable. Comme dans un buffet des Fêtes, il y a beaucoup de pain sur la planche.

Que peut-on souhaiter au CF Montréal pour l’année 2023? Métro y va de ses six propositions.


Un entraîneur qui ne fait pas que passer

Wilfried Nancy semblait finalement être l’entraîneur qui allait prendre racine à Montréal. Membre de l’organisation depuis 2011, Nancy a finalement décidé de poursuivre sa carrière sous d’autres cieux. Depuis l’entrée du club en MLS en 2012, neuf entraîneurs se sont succédé. Le coach qui a le plus perduré à Montréal aura été Mauro Biello avec son règne de 2 ans et 2 mois. Une éternité si on compare avec d’autres de ses successeurs. Wilmer Cabrera, par exemple, a dirigé le club pour une période de deux mois en 2019.

Durée de vie des entraîneurs du CFM depuis l’entrée en MLS

– Mauro Biello: 2 ans et 2 mois
– Wilfried Nancy: 1 an et 9 mois
– Rémi Garde: 1 an et 9 mois
– Frank Klopas: 1 an et 9 mois
– Thierry Henry: 1 an et 4 mois
– Jesse Marsch: 1 an et 3 mois
– Marco Schällibaum: 11 mois
– Wilmer Cabrera: 2 mois
– Hernan Losada: À déterminer

Mais voilà que Gabriel Gervais a trouvé son homme de confiance. L’Argentin Hernan Losada, 40 ans, a été nommé entraîneur-chef pour la saison 2023. Il a fait ses débuts comme entraîneur en Belgique avant de se joindre au D.C. United, en MLS, en 2021.

Serait-ce la fin de la malédiction des entraîneurs du CF Montréal? Seul l’avenir nous le dira.

Hernán Losada a été nommé entraîneur-chef du CF Montréal le 21 décembre.
Photo: CF Montréal

Du renfort

Le départ de Wilfried Nancy a été comblé, mais qu’en est-il des pertes d’Alistair Johnston, Djordje Mihailovic, Ismaël Koné et Victor Wanyama? Certes, le CFM a mis le grappin sur les défenseurs George Campbell et Aaron Herrera, mais le renfort se fait toujours attendre au milieu de terrain et dans le tiers offensif.

Djordje Mihailovic était considéré comme la bougie d’allumage à l’attaque l’an dernier. Si l’on se fie à l’effectif en place, ce serait Matko Miljevic qui occuperait ce poste l’an prochain. Disons humblement que ce dernier n’a pas été le plus convaincant en 2022. Âgé de 21 ans, Miljevic pourrait certainement prendre du galon dans les prochaines années, mais l’arrivée d’un véritable «numéro 10» pourrait lui enlever de la pression.

Le départ de Victor Wanyama pourrait quant à lui être beaucoup plus difficile à gérer pour le Bleu-blanc-noir. Samuel Piette sera là pour jouer la sentinelle devant la charnière, mais Wanyama était le véritable patron du CF. Quelqu’un d’autre devra se lever si Montréal espère être compétitif.

Djordje Mihailovic a enregistré 9 buts et 5 passes décisives en 27 matchs en MLS l’an dernier.
Clément Bolano / Métro

Une académie féminine

Grand soupir de soulagement dans le monde du soccer féminin au Canada. Une première ligue féminine professionnelle verra le jour en 2025 en sol canadien. Pour le moment, seules les villes de Vancouver et de Calgary ont annoncé leur intention de joindre la ligue.

Questionné à ce sujet, le président du CF Montréal Gabriel Gervais a indiqué que ce n’était pas dans les plans de l’organisation de s’associer à la future ligue. Il préfère avant tout se concentrer sur le développement du volet féminin de l’Académie du club.

Gabriel Gervais a toutefois accepté de discuter avec Diana Matheson, l’une des cocréatrices de la ligue féminine professionnelle canadienne.

Il est grand temps que les Montréalaises puissent rêver de représenter leur ville en tant que joueuses de soccer professionnel.

Le CF Montréal a engagé Amy Walsh, membre du Temple de la renommée du soccer canadien, à titre de collaboratrice du soccer féminin.
Photo: CF Montréal

Un maillot à la hauteur des attentes

Le dernier «rebranding» du club, opéré en janvier 2021, aura été un fiasco sur toute la ligne. Le flocon, l’absence de symboles de la tradition de l’équipe, la disparation du nom Impact, l’intransigeance de l’ancien président. Sacrebleu.

Toutefois, le nouveau logo dévoilé en mai dernier semble avoir regagné le cœur des partisans. Le retour de la fleur de Lys et du bouclier, le clin d’œil à 1993, année de fondation du club, et l’omniprésence du bleu, tous les éléments sont en place pour entamer un nouveau chapitre du bon pied.

Reste à voir maintenant si le maillot saura charmer les amateurs montréalais autant que le logo.

Logo CF Montréal
Le nouveau logo du CF Montréal.

Des matchs à guichets fermés qui deviennent une habitude

C’est bien connu à Montréal, les matchs du CFM au Stade Saputo proposent une ambiance festive et un spectacle sportif de qualité, et ce, à un prix bien moins élevé qu’au Centre Bell.

L’organisation montréalaise peine toutefois à remplir les quelque 21 000 sièges sur une base régulière. Le 17 juillet dernier, le Bleu-blanc-noir a disputé un match face à Toronto devant un Stade Saputo plein à craquer. Il s’agissait d’une première salle comble à Montréal depuis le 13 juillet 2019.

Les succès sportifs du CF Montréal en 2022 se sont toutefois transcrits en vente de billets. Les salles combles se sont enchaînées en fin de saison. Espérons que le buzz se poursuive en 2023.

Le stade Saputo.
Photo: Frédérique Charest / Métro

Davantage de toilettes au Stade Saputo

Non, vous n’êtes pas dans une scène de Mission Impossible ou des 12 travaux d’Astérix. Mais c’est tout comme.

Aller au petit coin lors de la mi-temps d’un match du CFM au Stade Saputo nécessite une grande coordination, de l’anticipation et une patience hors norme. Les files d’attente sont interminables et même si on quitte notre siège dès le coup de sifflet de l’arbitre, il est fort probable qu’on rate le début de l’action en deuxième demie.

L’ajout de quelques salles de bain pourrait soulager quelques partisans, et quelques vessies.

Le stade Saputo, arborant le logo redessiné du CF Montréal.
Photo: Nicolas Monet / Métro Média

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez un résumé quotidien de l’actualité de Montréal.

Articles récents du même sujet

Mon
Métro

Toute l'actualité locale au même endroit.

En vous inscrivant à Mon Métro, vous manifestez votre engagement envers la presse locale. + Profitez d’une expérience numérique personnalisée en fonction de vos champs d’intérêt et du quartier où vous résidez. + Sélectionnez vos articles favoris pour une lecture en différé.