Sports

Les Canadiens aiment les armes prohibées

Photo: Getty

La Cour suprême du Canada, en invalidant mardi deux peines minimales obligatoires imposées par le gouvernement Harper en 2008, nous a rappelé que la possession d’armes prohibées, au fond, c’est pas si pire que ça et que les détenteurs méritent d’aller au cachot, oui, mais pas très longtemps.

D’ailleurs, ça nous a fait penser à ceci: vous rappelez-vous de l’incident du bâton prohibé de Marty McSorley en 1993 en finale de la Coupe Stanley opposant le Los Angeles à Canadien?

Ça vous revient, n’est-ce pas? Marty McSorley, Jacques Demers, mesurage de bâton illégal? Voilà. C’est ce qui avait permis à Canadien d’égaliser pendant la courte (mais nécessaire, tout de même) punition à McSorley pour cause de bâton prohibé et ensuite, de créer l’égalité dans la série en marquant en prolongation.

L’affaire McSorley-Brashear
Au fait, l’un des cas à l’étude par la Cour suprême concernait une arme prohibée avec munitions à proximité. En bref, les détenteurs de ces armes trouvaient qu’une peine de trois ans pour ça, c’est beaucoup trop. Ce qu’il faut comprendre, c’est que c’est pas parce qu’on a des munitions à proximité d’une arme prohibée qu’on va commettre l’irréparable avec l’arme en question.
C’est quand même pas mal vrai, quand on y pense.

Prenez Marty McSorley
(oui, encore lui). En 2000, McSorley aurait pu, avec un bâton prohibé, snapper une rondelle au visage de Donald Brashear en espérant l’atteindre mortellement.

Or, c’est sans munitions et avec un bâton non-prohibé de surcroît qu’il a tenté de le tuer pour de bon en pleine glace en le frappant à grands coups de palette courbée direct sur la noix. Quand on y pense, un propriétaire d’arme à feu pourrait aussi faire la même chose avec une carabine, même pas prohibée; c’est-à-dire frapper un voisin avec le manche, sans même tirer. Et lui faire mal en tabarouette. Bref, une arme, prohibée ou non, n’est pas une pipe, mais une arme.

La morale de cette histoire, c’est que Stephen Harper ne doit pas être un fan de Canadien pour vouloir éradiquer les armes prohibées et en punir sévèrement les détenteurs.

Anyway, tout ça pour (re) dire ceci: Canadien en 4.

Articles récents du même sujet