Uncategorized
15:59 30 novembre 2014

L’islamophobie à Hollywood

En Occident, on ne naît pas islamophobe, mais on a beaucoup de chance de le devenir à cause du cinéma hollywoodien.

Hollywood et les Arabes, un documentaire présenté auparavant par l’émission Zone-Doc, à Radio-Canada, montre à quel point les Arabes et les musulmans ont été systématiquement dénigrés par le cinéma hollywoodien.

Principal personnage de ce documentaire, le professeur Jack Shaheen de l’université Sud-Illinois, aux États-Unis, a visionné et analysé mille films pour écrire un livre et partager ses conclusions dans ce documentaire. Il est catégorique, les Arabes forment le groupe ethnique le plus dénigré de toute l’histoire d’Hollywood. Ils sont généralement dépeints comme des sous-humains, des images de propagande qui nourrissent l’imaginaire des Occidentaux depuis plus d’un siècle.

Le professeur Shaheen a ainsi mis en évidence, ce que trop de gens refusent de voir : une dangereuse omniprésence de stéréotypes d’Arabes dans le cinéma hollywoodien. L’Arabe y tient les mauvais rôles, des clichés transmis aux Américains par les Européens. Il y a presque 200 ans, des Britanniques et des Français qui ont voyagé au Moyen-Orient ont décrit l’Arabe comme l’altérité orientale. Cette image a traversé les siècles jusqu’à aujourd’hui.

Dans le cinéma Hollywoodien, d’un film à l’autre, les Arabes ont successivement été présentés comme des bouffons destinés à déclencher des rires faciles, des incompétents, des riches trop stupides pour apprécier la valeur de l’argent, des envahisseurs et souvent des pervers sexuels complètement obsédés par les blondes.

Ce documentaire explique comment Hollywood a longtemps confiné la femme arabe au rôle de la danseuse du ventre très sexualisée et l’homme à celui du méchant armé de cimeterres. Il montre aussi comment ces images ont subi une transformation draconienne ces dernières années pour faire de la femme et de l’homme arabes des terroristes.

Les exemples de films cultes campés par de super vedettes et qui font la propagande de stéréotypes touchant les Arabes s’enchaînent dans ce documentaire : Exodus (1960); L’Ombre d’un géant (1966); Black Sunday (1977); Chapitre deux (1979); Une femme d’affaires (1981);

Indiana Jones et les Aventuriers de l’arche perdue (1981); le James Bond Jamais plus jamais (1983); Sahara (1983); Protocole (1984); Le Diamant du Nil (1985); Aigle de fer (1986); Delta Force (1986); Death before dishonor (1987); Network, main basse sur la télévision (1987); Indiana Jones et la dernière croisade (1989); Le bûcher des vanités (1990); Les meilleurs (1990); L’enfer du devoir (2000); True lies (1994), Le père de la mariée 2 (1995); La momie (1999), etc.

Jack Shaheen a recensé plus de 300 films, soit près du quart des films hollywoodiens qui humilient les Arabes, d’une manière ou d’une autre, contiennent des calomnies tout à fait gratuites ou font des Arabes l’objet de risée. Pire, Hollywood introduit des scènes dégradantes pour les Arabes dans des films qui n’ont rien à voir avec le Moyen-Orient comme dans Gladiator (2000) et Retour vers le futur (1985).

Ce documentaire est à voir, car il explique brillamment comment la politique et Hollywood sont intimement liés et se renforcent mutuellement pour diaboliser les Arabes et les musulmans.