Repas gratuit et idéologique

Elisabeth Braw - Metro World News

Quelque 5 000 Londoniens recevront un repas gratuit mercredi prochain, à Trafalgar Square. Au menu : un cari et un smoothie aux fruits. «Nous préparerons un repas délicieux avec des denrées qui auraient été jetées», explique l’organisateur de l’événement, Tristram Stuart.

L’auteur de 32 ans se nourrit lui-même de pertes alimentaires des supermarchés, non pas par nécessité, mais plutôt pour des raisons idéologiques. «Les fermiers et vendeurs jettent des quantités énormes de nourriture pour des questions d’apparence, raconte le diplômé de la prestigieuse université Cambridge. «Les gens des pays riches gaspillent entre le tiers et la
moitié de leur nourriture, raconte l’organisateur de l’événement. À lui seul, le gaspillage des États-Unis pourrait nourrir le milliard de personnes qui souffrent de la faim dans le monde.» Tristram Stuart s’est lui-même positionné en tant que précurseur alimentaire en publiant, en 2006, un livre sur le végétarisme intitulé The Bloodless Revolution. La question du gaspillage est le thème central d’un autre bouquin qu’il a publié cette année, Waste: Unco­vering the Global Food Scandal.

Le gaspillage de nourriture n’est pas qu’une question d’argent : il est dommageable pour l’environnement. La nourriture produite, mais non consommée est responsable de 10 % des émissions de gaz à effet de serre (GES) des pays développés. Selon l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), 18 % des émissions mondiales de GES sont produites par le bétail. «Si nous continuons à élever du bétail, nous devons au moins le manger, s’exclame Tristram Stuart. Et nous devons tout manger : le foie et les reins aussi sont bons.»

Impact national
La croisade de Tristram Stuart contre le gaspillage de nourriture aura un impact national. Tesco, le plus grand détaillant alimentaire britannique, proposera bientôt un nouveau type de
promotion : achetez un produit maintenant et obtenez-en un autre plus tard. Cette promotion est inspirée des 2 pour 1, mais propose aux clients d’échelonner leurs achats dans le temps pour éviter le gaspillage.

Articles récents du même sujet